Canicule : l’heure est au bilan dans le Gard et l’Hérault

Les plus fortes chaleurs sont désormais passées. Dépassant les 40 degrés, les températures ont affecté le secteur de la viticulture, les producteurs d'abricots, de pommes ou de melons. Pour certains, c’est l’intégralité de la récolte qui s’est volatilisée.

Certains ont signalé que les vignes ont été comme brûlées au chalumeau. Les arbres fruitiers et légumes sont desséchés. Quelques exploitations ont même été incendiées. Une semaine après les températures record enregistrées dans l'Hérault et le Gard, le ministre de l'Agriculture s'est rendu auprès d'exploitants de ces départements pour évaluer les dégâts.

Dans le Gard, une soixantaine de feux favorisés par des vents extrêmement chauds et la sécheresse des végétaux ont brûlé plus de 600 hectares le 28 juin. Ce jour là, le mercure a atteint 45,9°C à Gallargues-le-Montueux (Gard) : un record historique en France.

Les premières analyses estiment qu’un tiers de la surface du département de l'Hérault a été touché par une canicule sévère avec des températures supérieures à 41 degrés, plusieurs milliers d'hectares sont donc concernés. La viticulture est le secteur le plus frappé suivi par les producteurs d'abricots, de pommes et de melons. On compte aussi deux élevages de volaille héraultais qui ont été décimés, avec quelque 1 250 animaux morts.

Dans le département du Gard, une centaine d'exploitations sont concernées sur plus de 1 000 hectares, principalement dans la viticulture. Les pertes de récolte estimées vont jusqu'à 100 %.

La Confédération paysanne a souligné que l'évaluation des dégâts ne faisait « que commencer car un épisode si extrême à cette période de l'année se fera sentir sur l'ensemble de la saison ». Les cultures et les élevages sont au premier rang des répercussions du réchauffement climatique. Cet épisode de canicule est « une nouvelle démonstration, s'il en fallait encore, de l'urgence climatique ». Catherine Bernard, vigneronne à Restinclières (Hérault) a indiqué que « la vigne accompagne l'homme depuis plus de 6 000 ans. Si on ne peut plus la cultiver dans le Sud, il faut comprendre que nous ne pourrons plus cultiver autre chose non plus, et la vie de l'homme n'aura plus sa place ici ».

C’est toute la biodiversité qui est affectée par cette canicule. Les températures sont restées très élevées depuis une semaine dans le Gard et l'Hérault, y compris la nuit, et les niveaux de pollution également. Les personnes avec des organismes plus faibles, comme les personnes âgées, sont particulièrement affectés. Mais on note aussi de nombreux animaux comme des oiseaux, des hérissons et des écureuils qui ont subi une brutale « surchauffe », comme l’a signalé l'hôpital de la faune sauvage de Laroque (Hérault).

Source : bfmtv.com/ 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)