Arjan Zoutewelle revient sur 5 ans de boycott russe

« L'Europe est devenue moins importante pour les meilleurs clients russes »

Il y a exactement cinq ans, la Russie a ordonné un boycott à destination de tous les fruits et légumes (parmi d'autres produits) en provenance de l'UE, des États-Unis, de l'Australie, du Canada et de la Norvège. La halte à l'importation devait durer initialement un an à compter du jeudi 7 août 2014, mais a été depuis prolongée 4 fois. Cette semaine, FreshPlaza s'est entretenu avec des exportateurs belges et néerlandais et c'est aujourd'hui au tour d'Arjan Zoutewelle, directeur général de Zoutewelle Import / Export de Ridderkerk.

« La Russie, à son apogée, était le troisième client à l'exportation de produits néerlandais - après l'Allemagne et le Royaume-Uni - et revêtait une importance capitale pour la réexportation pour les exportateurs néerlandais, et certainement pour Zoutewelle », a déclaré Arjan. Le boycott vous a t-il amené à accélérer votre recherche de nouveaux marchés ? « Oui, l'intérêt de la plus petite équipe commerciale de Russie a changé et les autres équipes ont été élargies dans la mesure du possible. »

Zoutewelle entretient toujours des contacts avec ses clients russes et envisage d'importer des fruits de l'étranger. « Mais les opportunités sont limitées. L'Europe est devenue moins importante pour les meilleurs clients russes », selon Arjan. Espérez-vous que le boycott soit levé ? « Si espérer ça signifie ne pas devenir fortement actif sur d'autres marchés d'ici là, non... Le boycott ne durera pas éternellement, mais vous ne pouvez pas gérer une entreprise avec de l'espoir. »

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)