Des tailles inhabituelles et les marques du vents sur les Navels du Cap, aggravés par des difficultés de logistique mais les perspectives pour la récolte imminente de Valencia sont plus positives

Une tempête parfaite pour les oranges navels sud-africaines

Au Cap-Occidental, c'est une bonne année de qualité pour la Navel, mais, hélas, des vents forts en fin d'année dernière ainsi que de bonnes conditions de croissance après plusieurs années de sécheresse ont entraîné des tailles exceptionnellement grandes. La saison de la Navel en est à ses deux dernières semaines et il n'est pas certain que l'industrie sud-africaine sera en mesure d'atteindre les 24 millions de cartons d'exportation dont on estime le poids à 15 kilos en équivalence.

Alors que normalement dans la zone Citrusdal, la répartition des tailles culmine autour de 72, 64, 88, cette année 70 % des fruits comptent 64 et plus et on trouve des Navels de « la taille d'œufs d'autruche - 36, voire 32 », affirme Gabrie van Eeden, président du comité de Goede Hoop Fruit.

« Les marchés européens et américains veulent une distribution de 70 % composée de calibres 72 et moins, jusqu'à 105. Mais cette saison est en totale disproportion avec ce que le marché réclame. Le Canada prendra de gros fruits, mais il s'agit d'un petit marché, de sorte qu'il n'y a essentiellement que l'Extrême-Orient qui prend des fruits plus gros, bien qu'ils soient de taille moyenne, puis la Russie et l'Europe, dans une moindre mesure. »

« Dans la province du Cap-Occidental, nous avons des emballages d'exportation très faibles en raison des dommages causés par le vent, les mêmes que dans la province du Cap-Oriental, ce qui est dommage car la qualité interne est très bonne. De plus, un fruit plus gros a tendance à avoir une peau plus rugueuse qu'un fruit plus petit. »

La commercialisation de gros fruits a donné lieu à des décisions peu judicieuses
Dans l'ensemble de l'industrie sud-africaine, la pression créée par la répartition par taille de la saison a entraîné l'envoi d'un grand nombre de fruits qui ne répondent pas aux normes strictes du marché chinois. Même des fruits de classe 2 y ont été envoyés. C'est un marché habitué à des produits très compétitifs, exigeant un fruit parfait. Au départ, on s'attendait à ce qu'il s'agisse d'un marché fort.

« Le marché chinois propose un bon prix pour un bon produit, mais il n'y a pas de prix pour un mauvais produit. C'est tout ou rien », explique Gabrie. « L'effet est qu'il affecte négativement le sentiment du marché et fait baisser les prix. Ils siègent avec l'Australie si près d'eux, et c'est ainsi que nous créons une ouverture pour l'Australie. On ne dépose pas de fruits de qualité inférieure en Chine, ce qui est une dure leçon que certains négociants sont en train d'apprendre cette saison. »

Quant au marché européen, il souligne la saison difficile que connaissent les producteurs espagnols. « La récolte sud-africaine arrive, avec des fruits espagnols encore sur le marché et des Valencias égyptiennes de bonne qualité encore disponibles tard dans la saison. L'attrait de l'Europe pour nos Navels a vraiment été faible. Le marché européen n'a jamais été tout à fait prêt pour nous. Il n'a jamais été avide de nos fruits. »

Le marché russe subit de fortes pressions, en partie à cause de l'arrivée simultanée d'expéditions qui ont bousculé les horaires d'arrivée. C'est un marché qui prend de grandes tailles, mais la demande d'agrumes a été freinée par l'été particulièrement chaud, et les négociants qui ont envoyé des fruits en Russie sans commande préalable ont contribué à l'excédent de l'offre sur le marché.

Valence : des perspectives plus positives
La saison des Valencias devrait être meilleure que la saison des Navels, à partir de la semaine 33 ou 34. Non seulement les vergers de Valencias ont tendance à être plus petits, mais ils ont été moins touchés par le vent en novembre car les fruits étaient plus petits que les Navels à ce stade. Les arbres sont donc probablement meilleurs. De plus, comme les fruits sont destinés à la fabrication de jus, le marché a tendance à pardonner un peu plus les imperfections dues au vent.

« Nous attendons avec impatience le début de la saison des Valencias. »

La dernière estimation des exportations de Valencias est de 49,3 millions de cartons, soit 15 kg.

Problèmes logistiques
Goede Hoop Fruit, qui comprend Goede Hoop Citrus, n'offre pas seulement des agrumes. L'entreprise continue d'envoyer des pommes et des poires, tandis que les installations du port de Cape Town ont été mises sous pression par des agrumes du Cap oriental qui y arrivent pour éviter les problèmes à Port Elizabeth Harbour.

« Les acheteurs sont préoccupés par la situation de nos ports. Il y a encore des navires qui ignorent des ports dans le but de maintenir l'intégrité des horaires. »

Il a été très difficile de respecter tous les engagements du programme dans les délais impartis. Il affirme qu'il est arrivé que des navires aient quitté le Royaume-Uni pour n'accoster qu'en Europe, ce qui laisse aux exportateurs sud-africains toute la responsabilité de la décision difficile concernant les fruits destinés au Royaume-Uni. « Déchargez-vous maintenant en Europe et ramenez-le reste par camion jusqu'au Royaume-Uni ? Le laissez-vous sur le bateau pour être livré au Royaume-Uni lors du voyage de retour ? Et n'oubliez pas, rien n'est gratuit ! En outre, la documentation a été établie pour le Royaume-Uni, pas pour l'UE, ce qui en fait une situation très compliquée. »

Il est très préoccupé par l'impact que cela pourrait avoir sur la réputation de l'Afrique du Sud en ce qui concerne sa capacité à livrer ses produits à temps et par la possibilité que les acheteurs commencent à chercher d'autres fournisseurs, par exemple, en Amérique du Sud.

« La situation à Port Elizabeth devra être corrigée. On s'attend à une forte croissance des agrumes au cours des prochaines années, et le secteur agricole est un créateur important d'emplois et de devises étrangères pour l'économie. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous disqualifier à cause de problèmes de logistique et de travail. »

Pour plus d'informations :
Gabrie van Eedenen
Goede Hoop Fruit
Tél. : +27 83 269 8617
gabrie@ghfruit.com
http://www.ghcitrus.com/


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)