Joost Derks, Nederlandsche Betaal- en Wisselmaatschappij :

Et si la guerre commerciale dégénérait ?

La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis fait la une des médias financiers. Ce conflit influence les exportations néerlandaises de fruits et légumes de toutes sortes de façons. Telle est la conclusion à laquelle Joost Derks, de l'institution financière néerlandaise Nederlandsche Betaal- en Wisselmaatschappij, arrive dans sa chronique.

Le président américain, Donald Trump, ne cesse d'attiser la guerre commerciale avec la Chine. Le vendredi 23 août, il a annoncé que, le 1er octobre, les droits d'importation sur 550 milliards de dollars de marchandises chinoises augmenteront de 5 %. Cette hausse fait suite à une série d'autres hausses tarifaires qui entreront en vigueur le dimanche 1er septembre.

En retour, la Chine avait précédemment annoncé un tarif douanier à l'importation sur toutes sortes de marchandises américaines. Aucun des deux pays n'est une destination d'exportation importante pour les Pays-Bas. Ils se trouvent également à des milliers de kilomètres de là. Malgré cela, le conflit commercial a un impact réel sur les entreprises néerlandaises de floriculture et d'horticulture.

La guerre commerciale menace de mettre un terme à la croissance économique de l'Amérique. Les entreprises y dépensent beaucoup d'argent pour des produits chinois. Le comportement imprévisible de Trump est source d'incertitude dans le secteur financier.

Au cours du premier semestre de l'année, la croissance économique des États-Unis était encore supérieure au niveau de 3 %. L'agence de presse financière Bloomberg a tenu un sondage. Cela montre que les économistes s'attendent à une croissance de moins de 2 % pour le trimestre en cours. 

Un tiers des personnes interrogées pensent que les États-Unis seront plongés dans une récession d'ici un an. Et quand l'Amérique éternue, l'Europe attrape un rhume. Prenons, par exemple, la crise américaine des subprimes de 2008. Cette crise s'est rapidement transformée en crise de la dette européenne.

Attention à la récession
Un ralentissement de la croissance économique en Europe est mauvais pour le secteur du commerce des fruits et légumes. Bien sûr, ce n'est pas une évidence, car une récession se profile à l'horizon aux États-Unis. La Banque centrale américaine a récemment baissé légèrement les taux d'intérêt. On espère que cela stimulera l'économie.

Jerome Powell est le président de cette Réserve fédérale. Il affirme qu'il ne voit aucune raison de modifier davantage les taux d'intérêt. Il a réitéré cette vision à la fin du mois d'août lors de l'assemblée annuelle des banquiers centraux, qui s'est tenue à Jackson Hole.

Trump n'a pas apprécié cette remarque. Il se demandait, à haute voix, si Powell n'était pas un plus grand ennemi de l'économie américaine que Xi Jinping, le premier ministre chinois.

Trump préférerait que Powell réduise drastiquement le taux d'intérêt. Cela stimulerait l'économie, mais le dollar perdrait du terrain. En effet, les acteurs financiers recherchent une monnaie avec un taux d'intérêt plus attractif - de la même manière que certaines personnes recherchent toujours des taux d'intérêt plus élevés pour économiser de l'argent.  

La baisse du dollar améliore la compétitivité des entreprises américaines et entraîne généralement une hausse de la monnaie, en particulier dans les pays émergents. Cette augmentation est un désavantage pour les pays qui importent des marchandises de pays comme l'Éthiopie, le Kenya et la Colombie. Il s'agit toutefois d'un avantage pour les autres. En particulier, les entreprises et les pays qui sont en concurrence avec des entreprises de pays dollar.

D'autres échanges sur la guerre sont attendus de la part de Trump. En prévision de cette situation, il ne peut y avoir aucun mal à identifier avec précision les risques et les occasions qui pourraient se présenter sur le marché des changes au fur et à mesure que le conflit commercial s'aggrave.

Pour plus d'informations : 
Joost Derks
Nederlandsche Betaal & Wisselmaatschappij 
5 Beursplein
1012 JW Amsterdam, NL
Tél. : +31 (0) 205 78 24 39 
Cell. : +31 (0) 651 75 51 26
joost@nbwm.nl    
www.nbwm.nl  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)