Les prix des patates douces égyptiennes anormalement élevés

La saison de la patate douce en Égypte a connu des hauts et des bas. Au début de la campagne, l'Europe a dû faire face à des pénuries, provoquant une flambée soudaine de la demande et des prix. Néanmoins, en raison de la popularité croissante de la patate douce, plus de cultures sont plantées ce qui pourrait, en toute logique, entraîner une offre excédentaire à l'avenir.

Le début de la saison de la patate douce a pris un tournant inattendu, selon le président de NileTrade, Hussein El-Kelesh. « Juste avant le début de la saison, nous avons reçu pas mal de demandes de renseignements sur les patates douces, car il y avait des pénuries en Europe. Cela a créé une situation où les prix des patates douces égyptiennes étaient anormalement élevés. Nous avions déjà mis en place des programmes avec nos clients aux Pays-Bas, où nous exportons principalement. Après s'être mis d'accord sur un prix de 5 euros par caisse de 6 kg, les producteurs ont soudainement voulu beaucoup plus pour leurs produits également. Ce qui veut dire que cet accord avec la Hollande n'était plus faisable, car c'était exactement le prix que les producteurs voulaient. Après avoir expliqué la situation, nous nous sommes mis d'accord sur un prix de 7 euros par caisse de 6 kg de patates douces de grande taille. »

L'entreprise ne s'attendait pas à ce que les prix élevés fonctionnent, mais les importateurs et les consommateurs néerlandais semblaient tous les deux d'accord avec les prix, explique El-Kelesh. « C'était une situation viable, mais il y a environ deux semaines, la saison a commencé en Espagne  entraînant une baisse de la demande et, par conséquent une chute des prix. Ils sont passés de 10 euros par caisse de 6 kg à 6-7 euros. Ça a bouleversé la saison, mais heureusement, on continue à fournir aux Pays-Bas le prix fixe que nous avions convenu. Dans l'ensemble, ça a plutôt été une bonne saison pour nous. »

De plus en plus de producteurs décident de planter des patates douces en raison de leur popularité croissante, ce qui pourrait entraîner des problèmes selon El-Kelesh. « Nous voyons plus de patates douces cultivées en Egypte, mais aussi dans d'autres pays européens. Cette réaction est tout à fait normale, vous pouvez le constater dans d'autres cultures également ; lorsqu'il y a une saison d'oignons très réussie, tout le monde saute dedans et fait chuter les prix dans les saisons suivantes. Les gens changeront à nouveau de culture et le marché se stabilisera, espérons-le. Une saison réussie ne garantit jamais de profits pour les saisons à venir, car on ne sait jamais ce qu'il va se passer. »

Bien que la Hollande soit le principal marché d'exportation d'Al Nile Trade, les exportateurs regardent également le marché britannique. « L'Angleterre est un marché très fort que nous serions d'ailleurs heureux de fournir. Nous ne sommes pas sûrs de la suite avec la situation Brexit, mais l'année prochaine, nous nous concentrerons davantage sur ce marché. Nous cherchons également à nous implanter sur les marchés asiatiques, africains et de Dubaï. La prochaine grande exposition à laquelle nous espérons participer est le Fruit Logistica à Berlin. Nous y allons depuis de nombreuses années et c'est toujours un grand moment pour nous », conclut El-Kelesh.

Pour plus d'informations : 
Hussein El-Kelesh
Al Nile Trade
Tél. : +20 1116 33 67 57
alniletrade77@gmail.com  


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)