Rapport de l'Agence européenne pour l'environnement

« Le changement climatique pourrait dévaluer l'agriculture européenne de 16 % d'ici 2050 »

L'évolution des conditions climatiques a de nouveau eu un impact négatif sur les transformateurs européens de fruits et légumes en 2019, les principaux pays producteurs ayant connu des conditions climatiques extrêmes tout au long de l'été, avec des rendements agricoles réduits à des degrés divers selon les régions.



Un récent rapport publié par l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) prévoit que le changement climatique pourrait réduire la valeur de l'agriculture européenne de 16 % d'ici 2050 en raison d'une augmentation des sécheresses et de l'augmentation des précipitations.

Selon le rapport, le changement climatique pourrait bouleverser l'agro-industrie de l'UE dans son ensemble car la productivité des cultures dans les pays méditerranéens devrait baisser (de plus de 80 % d'ici 2100), tandis que les régions du nord et de l'ouest pourraient connaître des périodes de croissance plus longues et des conditions plus appropriées pour une intensification agricole. La fréquence des sécheresses augmentera, en particulier en Méditerranée au printemps et en été, tandis que la valeur des terres pourrait augmenter de 8 % en Europe occidentale et d'un pourcentage encore plus élevé dans les pays nordiques et baltes.

Les étés 2017, 2018 et 2019 en sont la preuve. Certaines régions d'Europe sont confrontées à une pénurie d'eau ou à des sécheresses saisonnières, tandis que d'autres connaissent des crues soudaines.

Dans une grande partie de l'Europe, les températures élevées ont eu des effets négatifs sur les cultures d'été. Les températures quotidiennes élevées et l'absence d'un approvisionnement adéquat en eau ont eu un impact négatif sur la pollinisation, tandis que les températures nocturnes élevées ont augmenté la respiration des plantes et réduit l'accumulation nette quotidienne de biomasse. En conséquence, le potentiel de rendement a chuté. La situation s'est encore aggravée dans certains pays européens où les agriculteurs se sont vus interdire d'utiliser les eaux de surface ou souterraines pour irriguer leurs cultures.

Pas moins de trois vagues de chaleur ont été enregistrées cet été avec des températures supérieures à 40°C dans le centre et le nord de la France, les pays du Benelux, le nord-ouest de l'Allemagne et certaines parties de la péninsule ibérique.

Dans le secteur des fruits en Europe, la Grèce a connu des grêlons et des orages exceptionnels qui ont sévèrement touché les cultures de pêches et d'abricotiers, avec environ 20 % des zones touchées.

En Europe, les cultures de fraises et de cerises notamment ont enregistré des pertes allant jusqu'à 40 %, et les gelées tardives ont également entraîné de graves pertes de récolte pour les framboises et les prunes. Bien qu'il soit trop tôt pour prédire les rendements des cultures de pommes, on s'attend actuellement à ce que les cultures de poires soient inférieures aux prévisions.

Pour plus d'informations : 
PROFEL
Tél. : +32 27863061
profer@profel-europe.eu  
www.profel-europe.eu  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)