La situation mondiale du raisin est très différente de celle de 2018

Pacific Produce cultive des raisins à différents endroits au Pérou, de sorte que, d'un point de vue mondial, ils ne représentent qu'une petite partie de leur saison qui commence avec des départs en septembre et se termine en février. « Cependant, d'un point de vue européen pour les raisins sans pépins, nous sommes déjà à mi-chemin et la majeure partie du volume est déjà arrivée », explique Rob Cullum de la société.



« La situation mondiale est un peu confuse cette année car certains facteurs comme la « guerre » tarifaire USA/Chine sont en train de changer la carte. La demande de raisins en Asie est beaucoup plus forte et plus précoce que l'an dernier, ce qui s'est également produit au Canada. Même les États-Unis commencent beaucoup plus tôt et il semble que le volume californien ne puisse satisfaire leur marché local. Tout cela semble étrange pour les acheteurs européens qui ont vu une forte surproduction l'année dernière et ne s'attendaient donc pas à recevoir moins de fruits et voulaient des prix plus bas. Si l'on ajoute à cela des volumes plus faibles que prévu en provenance du Brésil, la situation mondiale est très différente de celle de 2018. » 

Les produits du Pacifique seront hors du marché avant que la Namibie ou l'Afrique du Sud aient un volume réel en Europe - Robert ne peut pas dire si ce sera la même chose pour tous les Péruviens mais il s'attend à ce que la situation soit similaire - « Si les prix offerts par le reste du monde sont bons alors pourquoi le Pérou fournirait-il l'Europe en excès ? » 

« Jusqu'à présent, la qualité a été bonne pour nous à l'arrivée - nous avons eu quelques problèmes avec les raisins blancs précoces dans les champs qui ont affecté nos rendements, mais ces problèmes restent au Pérou et malheureusement pour nous cela signifie une baisse de notre volume exportable, » explique Robert.

Il ajoute que le raisin sera un produit compliqué en Europe pendant quelques années : « Les changements de variétés améliorent l'expérience du client, ce qui est vraiment positif, mais en même temps le nombre même de variétés est déroutant - si ceux d'entre nous qui travaillent dans ce secteur ne peuvent pas suivre toutes les variétés, comment pouvons-nous nous attendre à ce que le consommateur puisse suivre le progrès ? Les prix rendent aussi les choses confuses - les variétés plus anciennes ou les fruits avec des problèmes de couleur ou de petits calibres ont des prix inférieurs, ce qui d'une part est une bonne chose pour utiliser la culture et peut-être attirer un consommateur, mais d'autre part pourrait dévaluer la catégorie. » 

Pour plus d'informations :
Robert Cullum
Pacific Produce 
Tél. : +44 (0) 1865877801
rob@pacificproduce.co.uk 
www.pacificproduce.co.uk 

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)