Chiffres et interprétation par Hans-Christoph Behr

La culture de la tomate croît plus vite dans le nord-ouest de l'Europe que dans le sud

Le secteur de la tomate est vaste et en pleine croissance. Pas tant en volume, mais quand il s'agit de coups durs, et ce en raison de la croissance des segments de spécialités pour lesquels le consommateur dispose souvent de plus d'argent que pour la tomate « standard » simple ou en grappe.

Lors du Global Tomato Congress (voir notre reportage photo ici), Hans-Christoph Behr de l'AMI (Agrarmarkt Informations-Gesellschaft mbH) a fait le tour des champs, plutôt des serres dans ce cas précis. 

Allemagne
L'Allemagne est un grand pays et le marché le plus important pour les tomates dans le monde. Ceci malgré une consommation de tomates pas exceptionnellement élevée (11,3 kilos par ménage). La culture en serre propre y est en plein essor.

Comme c'est le cas dans de nombreux pays européens, le Maroc gagne de plus en plus de terrain. Le plus grand fournisseur de tomates reste cependant les Pays-Bas, avec un peu de « réexportation ». Cela signifie que les tomates du sol espagnol, par exemple, seront commercialisées en Allemagne par l'intermédiaire de négociants néerlandais.

Environ 60 % des dépenses de consommation allemandes vont à la tomate cocktail et à la tomate cerise (probablement le pourcentage le plus élevé de toute l'Europe), mais les spécialités sont à la hausse. Plus de la moitié des consommateurs (57 %) achètent avec rabais.

Le bio ne pousse pas aussi vite. En 2018, « seulement » 6 % des dépenses étaient consacrées aux tomates biologiques. Un pourcentage plus faible que dans les autres pays européens. Il est à noter qu'en Allemagne, l'accent est mis sur le « local » et que, tant conventionnel que biologique, une grande partie est vendue sous « labels régionaux » dans les supermarchés.

France
Contrairement à l'Allemagne, la production de tomates en France est en baisse. En partie parce que les spécialités sont moins populaires, mais encore plus que les autres. Le rapport importations/propres cultures est plus ou moins le même en France.

Le plus gros exportateur de tomates est le Maroc (300 000 tonnes), suivi de l'Espagne (140 000 tonnes). Avec seulement 30 000 tonnes, les Pays-Bas sont un fournisseur relativement petit sur le marché français.

Avec une part de 8 % des dépenses des consommateurs français, la part du bio est plus importante qu'en Allemagne. Il est également frappant de constater qu'en France, ce ne sont pas les discounters, mais plutôt les « marchés frais » qui se développent. Même les célèbres GMS françaises ne peuvent pas les imiter.

Pays-Bas
Les Pays-Bas se développent pour l'exportation. Cela ne devrait pas être un secret et les chiffres le montrent clairement. La grande majorité des tomates néerlandaises est destinée aux voisins orientaux. Par rapport aux autres Européens, le Néerlandais mange lui-même relativement peu de tomates (7,7 kilos par ménage).

On constate que les exportations vers l'Espagne et l'Italie augmentent, dans le cas de ces variétés de tomates qui, malgré leurs propres productions importantes, ne peuvent y être cultivées en raison du manque de serres high-tech, qui sont d'ailleurs très répandues aux Pays-Bas. 

Le Royaume-Uni
La culture au Royaume-Uni est négligeable par rapport à la population qui vit sur l'île. De l'autre côté de la Manche, on trouve à peine 200 hectares de serres, soit 67 000 tonnes de tomates par an.

Il n'est donc pas surprenant qu'une grande partie soit importée, bien sûr des Pays-Bas et de l'Espagne, mais de plus en plus aussi du Maroc. Une augmentation qui se fait particulièrement sentir en Espagne.

Le modèle de dépenses du Royaume-Uni est moyen avec une consommation par ménage d'environ 10 kilos sur une base annuelle. En outre, contrairement au reste du continent européen, les tomates y sont commercialisées sous des marques de distributeurs haut de gamme.

Espagne
Le pays de la tomate par excellence (ils diraient la même chose en Italie). Les Espagnols mangent beaucoup (13,3 kilos par ménage) et cultivent beaucoup, bien que la culture des tomates fraîches ait diminué ces dernières années.

La majorité des exportations de tomates est destinée à l'Allemagne, bien que le nombre de destinations soit certainement plus élevé en hiver en raison de la demande des pays qui ne peuvent pas se développer.

Les Espagnols sont heureux de pointer du doigt le Maroc en ces temps difficiles, car la culture de la tomate y est en plein essor et la concurrence s'intensifie. Logique et peut-être à juste titre parce que le Maroc n'a pas à se conformer à toutes les règles européennes, mais les Espagnols ont leur part de responsabilités, selon Hans-Christoph. Les Espagnols et les Français investissent également massivement dans la culture sous serre de l'autre côté de la Méditerranée.

Les discounters n'ont pas vraiment une part énorme en Espagne, alors que le commerce de détail reçoit 58 % des dépenses de consommation en tomates fraîches.

Italie
L'Italie est également un pays de tomates, avec une consommation d'au moins 23,3 kilos par ménage. Tout comme en Espagne, il est important de mentionner le mot « frais », car de nombreuses tomates industrielles sont également cultivées (nous laisserons l'article sur les abus dans le secteur pendant un certain temps). Les tomates fraîches sont de plus en plus cultivées dans des serres de haute technologie.

L'offre de tomates cocktail et de tomates cerise en Italie reste faible, avec une part de 10 à 20 % selon les sources, dans un marché encore plein de tomates grappes et de « tomates salade », même si cette part est en légère baisse. Les prix du marché de gros sont en moyenne plus élevés qu'en Allemagne ou aux Pays-Bas, par exemple.

Les tomates, qui ne proviennent pas du pays, proviennent principalement des Pays-Bas et de l'Espagne. Ce qui vient de France et d'Allemagne est principalement de la réexportation.

Belgique
La production belge est relativement stable (elle fluctue autour de 250 à 260 mille tonnes), tout comme la consommation. Contrairement à ses voisins du nord aux Pays-Bas, la Belgique fait moins pour « réexporter ».

Il est également frappant de constater que 80 % des tomates sont vendues par l'intermédiaire d'organisations de producteurs. Avant, c'était 90 %. Quelque chose que vous ne rencontrez pas à ce point dans les pays susmentionnés, selon Hans-Christoph.

La Belgique est peut-être le pays qui aime le plus les tomates cœur de bœuf, mais l'exportation est en déclin. Entre-temps, la part des tomates cocktail et des tomates cerise augmente.

Conclusions générales
A la fin d'une longue journée pleine de chiffres avec interprétation, Hans-Christoph est monté sur scène une fois de plus. Sa conclusion après tous les diagrammes (les consulter ici) : la culture de la tomate est celle qui connaît la plus forte croissance en Europe du Nord-Ouest, tandis qu'entre 2009 et 2018, la production a diminué en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni.



Hormis la croissance du Maroc, la croissance de la Turquie est également frappante. Dans les chiffres concernant l'Allemagne, ce pays n'est pas (encore) passé, mais il s'avère qu'il peut certainement croître un peu là-bas. A partir de 2013, une tendance à la hausse est visible.

Pour les documents en entier, cliquez ici. Toutes les présentations, y compris celles des autres intervenants, peuvent être trouvées là.


Pour plus d'informations : 
Agrarmarkt Informations-Gesellschaft mbH
Hans-Christoph Behr
Hans-christoph.behr@ami-informiert.de 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)