Les volumes de fruits à noyau d'Afrique du Sud sont revenus à la normale ; les abricots souffrent toujours de la sécheresse

L'industrie sud-africaine des fruits à noyau reste intacte malgré la grave sécheresse dans les zones de culture ces dernières années. L'année dernière, les volumes récoltés ont globalement baissé. Cette saison, la sécheresse s'est poursuivie dans la région du Klein Karoo, en particulier de Montagu à Ladismith. La région de Ladismith a connu des conditions désastreuses entraînant de très faibles volumes d'abricots.

« Les volumes d'abricots étaient déjà en baisse l'année dernière. Cette année ils ont encore baissé de 30 %. Certains producteurs ont très peu de ressources et sont dans une position difficile après un autre hiver sec. Malheureusement, certaines fermes ont complètement cessé leurs activités », selon Jacques du Preez, de Hortgro.

Les volumes de prunes sont en légère hausse de 10 % par rapport à l'année dernière. Ils ont été affectés par deux journées très chaudes début septembre jouant ainsi sur la nouaison. La récolte totale devrait être inférieure d'environ 1,2 à 1,4 million de boîtes par rapport à une récolte prévue dans des circonstances normales.

Les nectarines et les pêches ont beaucoup mieux résisté car les principales régions de culture sont dans une meilleure situation de production avec suffisamment d’eau et une bonne croissance des nouvelles variétés avec des rendements plus élevés.

« Les nectarines se portent bien et nous prévoyons une augmentation de 17 % de la récolte par rapport à l'année dernière, ce qui est conforme aux estimations initiales », a expliqué Jacques. « La récolte a commencé une semaine plus tôt que les années précédentes, donc les volumes à ce jour ont augmenté de 30 % par rapport à la même période l'an dernier. Toutefois, les volumes viendront s’égaliser à mesure que la saison avancera. »

La récolte de pêches est conforme aux estimations et sera 5 % plus élevée que l'an dernier.

L'Afrique du Sud est également affectée par des pannes de courant qui peuvent interrompre le processus de conditionnement. Cependant, selon Jacques, les pannes sont programmées et les emballeurs peuvent les contourner, mais cela entraîne des problèmes de logistique. Les pluies prolongées dans le nord du pays n'ont aucune conséquence sur la production de fruits à noyau car la récolte est presque terminée.

« Malgré un volume plus faible dans certaines catégories, la taille et la qualité des fruits sont bonnes. »

Le Royaume-Uni reste le principal marché pour les fruits à noyau sud-africains, suivi de l'Europe et du Moyen-Orient.


Pour plus d’informations :
Jacques du Preeze 
Hortgro
Tél : 27 (0)21 870 2900 
jacques@hortgro.co.za  
www.hortgro.co.za

 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)