La forte spéculation en Espagne rend les ventes difficiles et facilite la concurrence des pays tiers

« Nous n'expédierons pas d'oranges en Chine tant que les choses ne reviendront pas à la normale »

Les exportateurs espagnols d'oranges ne savent toujours pas comment les événements en Chine et la crise commerciale provoquée par le coronavirus évolueront. « Actuellement, les exportations d'oranges espagnoles vers la Chine sont très lentes à cause de l'influence du coronavirus », déclare Daniel Blanco, directeur commercial de la société andalouse Mogalla. « Jusqu'à présent, comme d'autres entreprises, nous n'avons pas encore effectué d'expéditions car nous attendons que la situation en Chine revienne à la normale ».

« Nous savons que certains exportateurs expédient déjà des oranges vers ce pays asiatique, malgré la faiblesse de la demande intérieure et l'effondrement de leurs ports. Ils s'attendent à ce que la situation dans le pays se stabilise pendant la période de transit du fruit, qui est d'environ un mois. Cette semaine, nous avons également appris que certains conteneurs de fruits égyptiens qui se dirigeaient vers la Chine sont retournés au point de départ suite au risque de ne pas pouvoir décharger la cargaison au port », déclare le directeur commercial de Mogalla.

Comme dans le cas de l'Égypte, une partie de la production espagnole d'oranges tardives est programmée pour être expédiée en Chine, de sorte que si elle n'est finalement pas exportée vers ce pays ou vers d'autres marchés asiatiques, elle finira sur les marchés européens. « Si le volume, qui devait être expédié en Chine, aboutit en Europe cela pourrait faire baisser les prix. Il est à noter que l'Europe reste la principale destination des oranges espagnoles », déclare Daniel Blanco.

« Malgré cela, nous restons optimistes et nous espérons que le gouvernement chinois prendra le contrôle et améliorera cette situation, en ramenant la normalité dans le pays dans tous les domaines ».

Marché calme en Europe malgré la baisse de l'offre
De manière générale, la production andalouse d'agrumes est inférieure à celle de la saison dernière, comme cela avait déjà été annoncé depuis le début de la saison en cours. « Malgré cela, la demande est calme en ce moment et les ventes progressent lentement », déclare Daniel Blanco.

Bien que les prix de vente soient un peu plus élevés cette campagne, il y a un déséquilibre notable avec les prix très élevés à l'origine qui ont été payés et qui sont encore payés à l'heure actuelle.

« Il faut beaucoup d'efforts pour vendre les oranges et les mandarines, en se référant aux prix payés à l'origine. Il y a trop de spéculation dans les champs espagnols et cela n'aide pas à assurer un développement naturel du marché. Le fait est que, alors que les fruits espagnols arrivent sur les marchés avec des prix élevés, les oranges et les mandarines d'autres origines, comme le Maroc, la Turquie ou la Grèce, arrivent sur ces mêmes marchés avec des prix beaucoup plus bas, ce qui favorise leur vente, au détriment de la production espagnole. En même temps, ce sont des origines dont les coûts de production sont plus compétitifs que les nôtres et, comme nous le savons, cela a un impact notable. En outre, les températures en Europe atteignent généralement des niveaux élevés pour la période de l'année, ce qui n'aide pas à promouvoir la consommation d'agrumes ».

Pour plus d'informations : 
Daniel Blanco
Mogalla S.A.T.
Carretera Sevilla – Ayamonte, km 104.
Huelva, Andalusia. Espagne
Tél. : +34 954 934 272
Cell. : +34 600 422 318
danielblanco@mogalla.com 
www.mogalla.comt 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)