Communiqué de Tim O'Malley de Nationwide Produce :

« Où allons-nous trouver des travailleurs pour notre industrie ? »

Il est difficile de savoir par où commencer avec la dernière politique du ministère de l'intérieur visant à bloquer efficacement la main-d'œuvre peu qualifiée en provenance d'Europe. Le Migration Advisory Committee (un organisme public qui conseille le gouvernement sur les questions de migration parrainé par le Home Office) a rédigé un rapport en 2018 sur l'impact de la migration de l'Espace économique européen au Royaume-Uni. En résumé :

  • Rien ne permet d'affirmer que les migrants de l'UE font baisser les salaires ou occupent trop d'emplois britanniques. Aucune baisse de la formation ou de la sélection des travailleurs britanniques
  • Productivité - Les migrants de l'UE ont tendance à être très productifs - ils travaillent plus dur que les travailleurs britanniques
  • Impôts et prestations : au total, les migrants de l'UE paient chaque année 2 300 livres sterling de plus que ce qu'ils retirent, ce qui évite de grever les ressources publiques. Au total, cela représente 4,7 milliards de livres sterling dans les caisses chaque année.
  • Y a-t-il une charge pour le service public ?
    • NHS - Les migrants de l'UE sont des contributeurs nets plutôt que des preneurs. Ils sont généralement jeunes et en bonne santé.
    • Écoles - Les enfants de migrants de l'UE ont tendance à être très performants et rien ne prouve qu'ils nuisent aux résultats des enfants britanniques
    • Criminalité - aucun effet significatif sur les taux de criminalité
    • Logement social - généralement en location. Preuve marginale que les migrants de l'UE font monter le prix des logements.

Les migrants de l'UE sont donc une force ? On pourrait le penser, mais d'après les recommandations du rapport nous devrions permettre un meilleur accès aux travailleurs hautement qualifiés et limiter sévèrement l'accès aux travailleurs peu qualifiés gagnant moins de 30 000 £ par an. L'Association des transporteurs routiers a qualifié ces recommandations d'ignorantes et élitistes.

Je suppose que nous devrions au moins être reconnaissants que le gouvernement ait abaissé le seuil à 25 600 £, mais le problème demeure : où allons-nous trouver des travailleurs pour notre industrie ? Je n'accepte pas l'argument selon lequel nous payons simplement les Britanniques plus cher. Voici une déclaration controversée :

« Les travailleurs britanniques sont parmi les pires fainéants du monde - trop de gens en Grande-Bretagne préfèrent le mensonge au dur labeur »

Quiconque dirige un centre de conditionnement ou emploie des travailleurs dans l'agriculture comprendra cette déclaration. Nous avons un centre de conditionnement d'oignons à Lincs. Se tenir debout sur une chaîne de production froide et poussiéreuse pour ramasser des oignons pourris - ce n'est pas le plus beau métier, mais quelqu'un doit le faire. Notre pourcentage de main-d'œuvre en Europe de l'Est oscille entre 90 et 100 % - les Britanniques ne veulent tout simplement pas faire ce genre de tâches. Donc, pour en revenir à la déclaration ci-dessus - selon moi elle est vraie. Elle est tirée d'un livre intitulé Britannia Unchained écrit par cinq députés conservateurs dont Dominic Raab le ministre des affaires étrangères et Priti Patel le ministre de l'intérieur.

J'étais aux États-Unis récemment et le travail y était le sujet brûlant. Depuis que Trump a restreint le flux de la main-d'œuvre mexicaine, les salaires ont grimpé en flèche pour atteindre environ 18 dollars de l'heure. Mais offrir plus d'argent aux Américains n'est pas la solution. Les Américains comme les Britanniques ne veulent tout simplement pas faire de travaux agricoles ou d'emballage, ce qui a entraîné une pénurie de main-d'œuvre et une augmentation des coûts.

Je pense que l'impact inévitable à moyen et long terme de cette situation est de pousser encore plus la production à l'étranger. Nous importons déjà 67 % de nos fruits et légumes frais - un chiffre que je ne peux que voir augmenter. La production de légumes au Royaume-Uni est déjà à un stade où le producteur britannique réalise des bénéfices négligeables/négatifs. Une politique gouvernementale comme celle-là va amener de nombreux producteurs à se dire : « J'ai mieux à faire avec mon temps, ma terre et mon argent que de cultiver des légumes". L'ironie de la chose est que nous avons un gouvernement qui pousse à la neutralité carbone tout en préconisant une politique qui conduira inévitablement à une augmentation des importations. »

Quelle est la solution ? La robotique/mécanisation est la solution évidente, mais elle est lente à mettre en œuvre. Ce problème est déjà sur notre chemin et la politique gouvernementale va nous donner un coup de fouet dans quelques mois, pas quelques années. Je ne pense pas qu'un quelconque lobbying politique poussera le gouvernement à changer d'avis. L'agriculture représentait environ 6 % du PIB après la guerre - nous en sommes maintenant à environ 0,6 %, ce qui nous rend insignifiants. On remarque que le nouveau système à points permet d'obtenir des points supplémentaires cruciaux pour travailler dans un secteur où il y a pénurie et qui comprend actuellement les soins infirmiers, le génie civil, la psychologie et la danse classique - absolument aucune mention de l'agriculture. Je pense donc que nous devons être réalistes, l'accepter, et surtout l'inscrire correctement au budget et le faire payer aux clients en conséquence. Nous devons inverser la tendance et commencer à réinjecter un peu d'inflation dans les produits frais. Terminons sur une note plus positive - c'est peut-être l'excuse que nous cherchions pour faire marche arrière et dire « assez, c'est assez ».

Pour plus d'informations : 
Tim O'Malley
Nationwide Produce PLC
tim@nationwideproduce.com  
www.nationwideproduce.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)