La saison de l'Orri Jaffa démarre lentement

Le début de la saison a été difficile pour les producteurs de mandarines Orri en Israël. « La saison a démarré très lentement. Les conditions météorologiques avaient retardé la maturation des fruits », explique Tal Amit, responsable des agrumes à l'Office israélien de production et de commercialisation des plantes. « Nous avons eu un retard de plus de 30 % sur le calendrier au cours des deux derniers mois. »

Tal Amit s'attend toutefois à ce que le volume de cet agrume facile à peler soit le même que l'année dernière, soit environ 90 000 tonnes pour l'exportation. « La France est notre principal marché - 45 % de notre volume sont destinés aux marchés français. Comme vous vous en souvenez peut-être, il y a eu une grève importante dans ce pays au cours des deux premières semaines de janvier. C'était dans le secteur de l'importation et du transport. Cela a également retardé les arrivées de fruits sur ce marché européen ».

« Le marché nord-américain connaît une croissance constante », ajoute Tal. « Il s'est développé au cours des trois ou quatre dernières années, ce qui a valu à l'Orri la réputation de mandarine préférée. Ils cultivent également des mandarines faciles à peler en Californie. Cela rend la concurrence plus compliquée en Amérique du Nord et les efforts de promotion des ventes avec des activités sur les points de vente. Nos objectifs sont d'atteindre des niveaux comme l'année dernière malgré un démarrage tardif ».

De meilleurs prix, une bonne qualité
Il affirme que les prix sont bien meilleurs que l'année dernière. « Ils ont commencé à environ 2 €/kg sur le marché de gros au début de l'année. Maintenant, ce prix est tombé entre 1,50 et 1,60 €/kg. La qualité des fruits de la saison en cours est excellente ». Tal Amit s'attend à ce que la saison de l'Orri Jaffa se termine assez tard en Israël. Cela est dû à son démarrage tardif. « Elle devrait se poursuivre, jusqu'en mai. »

« Nous avons encore de gros volumes à traiter. Au début de la saison, les quantités étaient d'environ 4 000 tonnes par semaine. Nous sommes en train de doubler ce chiffre, pour atteindre plus de 8 000 tonnes par semaine exportées. Le temps s'est amélioré, les agriculteurs peuvent cueillir sans interruption. »

Aucune nouvelle plantation d'Orris n'a été réalisée en Israël. « En fait, au cours des deux dernières années, des arbres ont été déracinés dans des zones où ils n'auraient pas dû être plantés en premier lieu. Ces zones donnaient une très faible production, de sorte que leur disparition n'a pas d'influence majeure sur la production totale. Il y a 800 hectares de moins qu'il y a deux ans ».

Espagne
L'Espagne cultive la même variété mais dans des conditions différentes. « Ils cultivent l'Orri, avec des licences, sur environ 2 000 hectares. Leur production est d'environ 60 000 tonnes. Ils ne sont pas autorisés à planter d'autres arbres ». L'Espagne est le seul pays d'Europe qui possède une licence pour cultiver l'Orri. « Et aucune autre licence n'est disponible en Espagne. Nous avons des licences supplémentaires dans l'hémisphère sud - Afrique du Sud, Argentine, Chili, Uruguay et Pérou ».

La marque Jaffa compte quelques autres variétés dans son écurie. Mais Tal Amit ne les considère pas comme une concurrence à l'Orri. « L'Orri est le joyau de Jaffa. Certaines variétés chevauchent la saison de l'Orri, sans aucune raison de les développer davantage. Cependant, nous pourrions avoir une ou deux surprises dans quelques années », explique Tal Amit.

Tal considère le taux de change de la monnaie israélienne comme une menace sérieuse pour les producteurs de l'Orri de Jaffa. « D'année en année, le shekel israélien s'améliore de 5 à 10 % par rapport aux monnaies mondiales. Cela signifie que les revenus des agriculteurs locaux diminuent chaque année, alors que les coûts de production augmentent. La rentabilité diminue continuellement, ce qui pourrait devenir un sérieux problème à un moment donné ».

Lorsqu'on lui a demandé comment il voyait l'Orri dans quelques années, Tal Amit a répondu : « Ce sera toujours le meilleur produit de ce genre sur le marché. Je ne vois aucune menace. Je pense que les volumes actuels seront suffisants pour l'avenir. Je serais très heureux si, en plus de la réputation et de la demande, les revenus des producteurs augmentaient ».


Pour plus d'informations : 
Jaffa Orri
www.orrijaffa.com 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)