Steven Martina PDG de The Greenery :

« Des volumes qui dépassent ceux de Noël et de Pâques »

Des scènes étranges se sont déroulées dans les supermarchés néerlandais pendant le week-end ; rupture de stock pour le papier toilette, le savon pour les mains et les pâtes. En dépit des consignes de prudence, les gens accumulent aussi des fruits et des légumes. Selon le Bureau central du commerce alimentaire néerlandais (CBL), certains consommateurs achètent plus de provisions quotidiennes ou même hebdomadaires qu'à l'accoutumée. 

Ces comportements ont eu des effets très divers sur le secteur du commerce des fruits et légumes. Les fournisseurs de supermarchés ont vu leurs ventes augmenter considérablement. En revanche, les revenus des entreprises fournissant l'industrie hôtelière se sont pratiquement évaporés.

Des volumes qui dépassent ceux de Noël et de Pâques
Steven Martina, le PDG de The Greenery, a exprimé son profond respect pour tous les producteurs et employés de la société par le biais des réseaux sociaux. « Ces personnes donnent le meilleur d'elles-mêmes en cette période d'incertitude concernant le coronavirus. Elles s'engagent pleinement à ce que les fruits et légumes frais arrivent dans les supermarchés, et le font avec les travailleurs de nos partenaires commerciaux ».

« Les volumes dépassent ceux de Noël et de Pâques. Nous avons toutefois l'habitude de réagir rapidement et disposons d'une capacité suffisante dans nos centres de distribution (CD). Il n'est donc pas nécessaire de stocker de la nourriture. Nous continuerons à faire fonctionner la chaîne dans le respect de la santé de tous nos employés. »


A gauche : The Greenery veille à ce que les stocks des supermarchés soient reconstitués via leur site de Tolpoort et leurs producteurs en Hollande du Nord. Les acheteurs auront à nouveau accès à de nombreux fruits et légumes frais dans les supermarchés néerlandais. Source : Joost Rouwhorst.
A droite : des rayons de fruits et légumes vides chez Albert Heijn. Photo :  Robert van den Berg.

« Nos producteurs et notre personnel sont également inquiets, comme tout le monde. Ils sont préoccupés par leur propre santé ainsi que par celle de leurs parents et de leurs enfants. Néanmoins, ils sont prêts à prendre leurs responsabilités et à assurer la continuité de l'approvisionnement alimentaire aux Pays-Bas et ailleurs. Ils le font, afin que les personnes qui sont en première ligne aient un accès constant à des fruits et légumes frais qui renforcent leur immunité », explique Steven.

« Il s'agit de personnes comme les médecins, le personnel hospitalier, les soignants, les enseignants, les personnes travaillant dans le secteur des transports publics et la police. Ces personnes ont besoin de ces aliments pour continuer de se battre. J'espère que nous continuerons à trouver cette force les uns dans les autres. Et j'espère que nous continuerons à respecter les mesures de grande envergure mais nécessaires. Après tout, l'échec n'est pas une option ».

CBL : soyons prévenants les uns envers les autres
Les supermarchés incitent les consommateurs à s'en tenir à leur routine d'achat habituelle. Ce qui signifie : acheter la quantité habituelle. Aux Pays-Bas, chaque personne dispose de suffisamment de produits alimentaires et d'hygiène. « Considérez-vous les uns les autres, restez civilisés et veillez à ce que les autres puissent continuer à faire leurs courses normalement. »

« Continuez à suivre votre routine d'achat habituelle. Ainsi, les conducteurs auront suffisamment de temps pour réapprovisionner les supermarchés à temps. Les emballeurs ont également besoin de suffisamment de temps pour réapprovisionner les rayons. Il y en a assez pour tout le monde. Tous les employés des supermarchés travaillent dur pour que tout le monde puisse faire ses courses comme d'habitude », explique un porte-parole de CBL.

Pas d'étals vides dans les magasins spécialisés
« Nous pouvons bien répondre à la demande, tout comme nos clients. Les épiceries ne disposent pas encore d'étagères vides », déclare Jarno Kwakkel, directeur de Postuma AGF. Il s'agit d'un grossiste en fruits et légumes de la ville néerlandaise de Zwolle. « Un nombre relativement important de jeunes gens travaillent dans notre entrepôt. Nous avons donc eu très peu d'employés qui se sont déclarés malades ».

« J'ai également remarqué qu'il y a un sens des responsabilités chez nos employés. Ils veulent maintenir l'approvisionnement en nourriture. C'est très agréable à voir. Nous avons aussi un groupe d'étudiants. Ils ont maintenant, bien sûr, plus de temps libre. Ils pourraient être utiles aux agriculteurs car ils peuvent travailler avec eux si les agriculteurs rencontrent des problèmes. »

La demande du marché a changé chez Postuma AGF. « Nous vivons une période extraordinaire. Les vendeurs du marché sont renvoyés. En revanche, les épiceries fonctionnent parfois à une capacité supérieure de 50 %. Les pommes de terre sont très demandées. Les fruits qui sont emmenés au travail se vendent mais en moins grand nombre. Sauf dans le Brabant, la demande est nettement plus faible. La demande des hôtels, des restaurants et des entreprises de restauration s'est presque complètement arrêtée », explique M. Jarno.

Réunion de crise pour les grossistes en fruits et légumes à destination de l'hôtellerie et la restauration 
Le dimanche, l'office néerlandais a décidé de fermer tous les cafés et restaurants des Pays-Bas. Cette décision a été prise pour tenter d'enrayer la propagation du Covid-19 dans le pays. Ces établissements ont dû fermer leurs portes le même jour à 18 heures. Ils doivent le rester jusqu'au 6 avril au moins. En Belgique, les établissements resteront fermés jusqu'à la fin du mois. Cela a eu un effet d'entraînement sur toute la chaîne de l'industrie hôtelière.

La mesure de dimanche a été annoncée à 17h30. Une demi-heure plus tard, elle a été appliquée. De nombreuses entreprises n'ont pas encore pu être jointes. « Nous sommes en pourparlers de crise en ce moment », déclare un grossiste de ce secteur. Un autre commerçant affirme que toute son entreprise est au point mort. Il essaie maintenant de se maintenir à flot.

Les ventes du grossiste belge chutent de 80 %
Il a été annoncé en Belgique la semaine dernière que les entreprises hôtelières de ce pays devraient rester fermées cette semaine. Cette fermeture signifie que Pasquino De Vuyst de Van Landschoot Bij Sint-Jacobs a vu son chiffre d'affaires baisser. Il a diminué de 80 % au cours du week-end. Van Landschoot est un grossiste en produits hôteliers. « Comme les restaurants de Gand sont fermés, nous devrons faire preuve de solidarité. »


Pasquino De Vuyst. Cliquez ici pour lire l'article complet sur HLN.be.


Le secteur de la floriculture a également été durement touché, écrivent nos collègues de BPNieuws.nl.


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)