Gilles Bertrandias, Les Paysans de Rougeline :

« L’enjeu est aujourd’hui d’installer toute la diversité des fraises françaises en GMS »

Alors que le début de semaine dernière fut particulièrement difficile pour les producteurs de fraises, la situation s’est retournée dans la journée du mercredi 25 mars. Depuis, le marché s’est dynamisé et la demande en ce début de semaine est toujours présente. « Nous étions dans une situation relativement compliquée la semaine dernière. Les ventes étaient à l’arrêt alors que les semaines que nous vivons actuellement sont importantes pour la fraise. Puis, il y a eu une prise de conscience générale, qui a engendré une mobilisation professionnelle, commerciale et politique pour soutenir la production française. Cette mobilisation s’est traduite par une bascule assez forte de la GMS qui est pratiquement le seul secteur aujourd’hui distribuant des volumes conséquents de fruits et légumes au consommateur. Nous sommes donc passés d’une semaine de tous les extrêmes à une situation beaucoup plus fluide et régulée », explique Gilles Bertrandias, Directeur Général des Paysans de Rougeline.


 
Malgré ce revirement général positif qui a permis de redynamiser le marché, Gilles reste prudent : « Nous avons eu des pertes de valeur significatives à hauteur de 600 000 euros sur la semaine dernière uniquement. Nous avons donc besoin de retrouver rapidement une situation équilibrée et c’est effectivement ce qui a l’air de se passer actuellement. Mais dans un contexte tel, la prudence est de mise. Nous réapprenons à marcher dans cet univers de confinement et à nous réadapter aux attitudes de consommation qui évoluent rapidement. Nous espérons que les consommateurs, passant plus de temps chez eux, cuisinent davantage et trouvent un équilibre entre les fruits et légumes stockables et ceux qui font appel à la dimension plaisir et diversité, tels que les fraises. Pour autant, il n’y a pas de certitude, ce qui nous ramène à beaucoup d’humilité et à l’importance de travailler du mieux possible et de s’adapter rapidement dans une attitude plus que jamais partenariale avec nos clients », explique Gilles.


 
« Il faut travailler avec la réalité de ce qu’est l’offre française aujourd’hui »
Le fait de privilégier l’offre française dans les magasins demande une adaptation des fournisseurs et des GMS : « Nous devons effectuer un travail de fond avec nos clients. Car une barquette de fraises 500g d’origine Espagne ne peut être remplacée par une barquette 500g origine France d’autant que nous sommes qu’au début de la production des Fraises Rondes. L’enjeu est donc bien de porter toute la diversité des variétés françaises sous les feux des projecteurs et non de se focaliser sur celle qui engendrera le plus de volumes pour remplacer l’Espagne. C’est donc le discours que nous tenons à l’ensemble de notre clientèle et en particulier auprès des GMS, à savoir travailler la largeur de l’offre, des variétés et des segmentations françaises. Il faut réinstaller toutes les variétés qui sont aujourd’hui en production comme les Gariguette, Ciflorette, Charlotte, Mariguette et les premières Maras des bois. Il y a bien sûr un peu de fraises rondes, mais elles ne constituent pas aujourd’hui le gros du volume ».
 
« Aujourd’hui, tous nos clients de la grande distribution jouent le jeu en s’approvisionnant avec des fraises françaises. Maintenant, il faut continuer à nous soutenir en travaillant avec la réalité de ce qu’est l’offre française », ajoute Gilles.


 
Une situation inédite qui favorise la solidarité
Malgré les incertitudes et la peur qu’engendrent cette crise sanitaire, des gestes solidaires émergent de cette situation particulière, permettant de soutenir les producteurs des Paysans de Rougeline : « Il y a eu un peu d’inquiétude sur les dix derniers jours, mais aujourd’hui en ce qui nous concerne, le manque de main d’œuvre s’est comblé progressivement. Nous sommes donc maintenant équipés pour cueillir nos fraises. La plupart de nos saisonniers sont arrivés même si cela a pris un peu plus de temps que prévu. Des locaux qui ne sont pas cueilleurs à l’origine comme des étudiants et des employés en chômage partiel, nous ont également rejoints, par envie de soutenir l’agriculture et/ou de compléter leurs revenus gelés par la crise. Nous avons ouvert un site pour recueillir les candidatures et entre jeudi dernier et samedi nous avons récolté 200 demandes locales ».
 
Par ailleurs, en guise de « témoignage de soutien et de gratitude », les Paysans de Rougeline ont désiré faire « un geste symbolique » en offrant le premier jour du printemps près de 8 000 barquettes de fraises aux hôpitaux du Lot-et-Garonne, au CHU de Bordeaux et au centre départemental des pompiers.
 
« Nous vivons à l’heure actuelle une situation complètement inédite. Tout ce que l’on avait l’habitude de faire et qui fonctionnait en temps normal se retrouve aujourd’hui mis à mal. Nous devons donc faire preuve de beaucoup d’adaptabilité, d’agilité avec une capacité de réactivité à court terme très forte », conclut Gilles.
 
Pour plus d’informations :
Gilles Bertrandias
Les Paysans de Rougeline
Chemin de Cazeaux
47213 Marmande cedex
Tél. : +33 (0)5 53 20 51 50
g.bertrandias@rougeline.com 
www.rougeline.com   

 


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)