Francisco Sánchez, d'Onubafruit : « Cette crise va s'aggraver, le secteur va avoir du mal »

« Il ne sera plus nécessaire d'importer des myrtilles de l'extérieur de l'Europe »

Après des années de recherches et de lourds investissements, la coopérative de deuxième degré Onubafruit, l'un des plus grands producteurs européens de fruits rouges, basée à Huelva, espère révolutionner le marché européen de la myrtille et a annoncé qu'elle disposait déjà de son propre programme exclusif de variétés de myrtilles avec un calendrier de production allant de novembre à la mi-juillet.

« Nos clients n'auront plus besoin d'importer des myrtilles d'Afrique du Sud, du Pérou, du Chili ou d'Argentine pendant les mois de novembre et décembre », déclare Francisco Sánchez, directeur d'Onubafruit. « Dorénavant, nous pourrons offrir à nos clients une gamme complète avec six nouvelles variétés de myrtilles ultra précoces, précoces, de mi-saison et tardives, avec la saveur, la texture et la taille qu'il faut. Le tout chez un seul fournisseur pendant 9 mois et avec des volumes illimités », affirme Francisco Sánchez.

Les premières productions sont attendues en novembre de cette année, mais la pleine capacité sera atteinte d'ici deux ans. 

« Nous avons de grandes perspectives pour ce projet et la progression sera exponentielle. D'ici 2020, nous aurons quelque 30 000 plantes ; en 2021, ce chiffre passera à environ 250 000 plantes, et en 2022, nous aurons atteint au moins 10 millions de plantes. Les clients pourront commander des myrtilles à la carte, sans limite », déclare le directeur. 

« La crise du coronavirus va s'aggraver et le secteur va connaître des difficultés »
Le secteur des fruits rouges en Espagne traverse une période très difficile depuis le début de la crise du coronavirus. « La demande a chuté et les possibilités de marché ont été réduites avec la fermeture des frontières au moment du pic de production de nos cultures, c'est-à-dire les mois d'avril et de mai. Au cours de ces mois, nous nous attendons également à une concurrence accrue d'autres produits, tels que les fruits à noyau, ainsi que des récoltes de fruits rouges des pays d'Europe centrale et septentrionale. La vérité est que les perspectives ne sont pas du tout encourageantes. Certains pourront mieux faire face à la situation que d'autres, en fonction de leurs capacités et de leur professionnalisme, mais je pense que le secteur va avoir beaucoup de mal », déclare Francisco Sánchez. Outre l'Europe, Onubafruit est de plus en plus présente sur les marchés asiatiques. « Les vols vers Hong Kong sont annulés, ainsi que ceux vers Singapour ; des villes dans lesquelles il n'y a pas d'impact COVID-19 ».

« C'est une époque où les pays européens penchent davantage vers la consommation de produits locaux, comme on peut le constater en France, au Royaume-Uni, en Allemagne ou même au Portugal. La question est de savoir pourquoi les myrtilles sont importées de pays tiers si elles peuvent être importées d'Espagne, c'est-à-dire d'Europe. La situation liée au coronavirus va continuer de s'aggraver et il est fort probable que tous les pays seront totalement verrouillés. En attendant, Onubafruit devra défendre les intérêts de 1 000 producteurs et de leurs familles, qui dépendent de ces cultures. Ce n'est pas le moment pour chaque pays européen de se préoccuper uniquement de son propre intérêt ; c'est le moment pour nous de nous aider les uns les autres afin de pouvoir tous nous en sortir. Nous espérons que nos clients comprendront que nous allons avoir besoin de toute l'aide possible ».


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)