Le gel cause de nombreux dégâts en Ardèche

Depuis quelques jours, le thermomètre affiche des températures avoisinant les -3°C sur tout le département de l’Ardèche. De nombreuses cultures ont été ainsi touchées par le gel.

Les abricots, les kiwis, les pêches et la vigne sont très sensibles au froid. Sur les hauteurs de Vesseaux, un producteur de variétés précoces d’abricots sur 3,5 hectares n’aura pas la « récolte normale » qu’il espérait : « J’ai perdu tous mes abricots. Il n’en reste presque plus sur les arbres. Le gel a stoppé la montée de sève et le fruit n’a plus qu’à tomber de l’arbre. Comme l’année dernière, c’est 90 % de ma récolte que je perds, c’est une catastrophe », déclare Bernard Habauzit, arboriculteur.

Tous les secteurs du département ont été touchés : les hauteurs de Désaignes et de Lamastre dans le nord Ardèche, les coteaux de la vallée de l’Eyrieux ainsi que la vallée du Rhône. Même les amandiers ont été affectés par cette baisse de température.

Depuis le 25 mars les cultures étaient fragilisées par le gel qui avait frappé. Désormais, les pertes sont considérables. On estime la perte à 1 500 hectares d’abricotiers sur le département de l’Ardèche : « C’est un fort épisode de gel que nous venons de connaître et il aura un impact surtout sur la filière des abricots. Il y aura moins d’abricots sur les marchés cette année », explique Yves Boyer, chef du service économie et filière à la Chambre d’Agriculture de l’Ardèche. La commercialisation doit commencer au début du mois de mai. Mais pour l’instant, l’incertitude règne quant à l’avenir du marché avec le confinement des consommateurs.

Les vignes aussi ont été durement touchées : le gel a endommagé en moyenne 50 à 60 % de la production. Le gel a figé la partie végétale qui amène la grappe ; c’est comme si elle était « tuée dans l’œuf ». « C’est un gros coup dur… la période économique est déjà compliquée avec le coronavirus et si en plus, on a plus que la moitié de notre récolte cette année, ça va être très, très difficile, c’est la double peine pour nous », explique un vigneron.

Les missions d’expertises pour monter un dossier de calamités agricoles n’auront lieu qu'une fois la période de confinement terminée. 

 


Source : francetvinfo.fr


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)