Alejandro Peiró : « L'Afrique du Sud va trouver un bon marché, mais à quoi ressemblera la consommation ? »

« Ces prix élevés pour les agrumes sont dangereux pour le commerce »

La demande d'agrumes a augmenté de manière exponentielle depuis le début de la crise COVID-19 et les prix atteignent des niveaux sans précédent. « De janvier à fin février, la campagne agrumicole a été assez moyenne par rapport à la période d'octobre à janvier, où il y avait une très bonne demande, en particulier pour les clémentines », explique Alejandro Peiró, directeur du producteur et commercialisateur d'agrumes Peiró Camaró.

« Bien que le prix des oranges ait baissé jusqu'à la fin février, s'établissant en moyenne à 25 cents le kilo, il a commencé à augmenter après le déclenchement de la pandémie, atteignant jusqu'à 60 cents le kilo à l'origine, principalement en raison de la consommation d'agrumes généralement associée au rhume et à la grippe. Nous ne savons pas s'ils vont continuer à augmenter et quel sera le plafond, mais je pense que des prix aussi élevés peuvent être dangereux pour le commerce ».

Selon le directeur de cette société, qui est très présente sur le marché allemand, la situation entre les sociétés commerciales et les intermédiaires ou les acheteurs de la grande distribution est tendue. « Les prix d'achat des fruits ont beaucoup augmenté, ainsi que les coûts de récolte, de manutention et de conditionnement, compte tenu de toutes les restrictions de mobilité et des mesures d'hygiène mises en œuvre pour prévenir la propagation de la maladie. Nous assumons pleinement ces coûts et certains acheteurs ne veulent tout simplement pas comprendre. Les prix de vente sont maintenant plus élevés, mais il est bon de rappeler qu'en raison des pluies constantes, la production a considérablement diminué, ce qui réduit encore les marges bénéficiaires. Ce n'est pas une situation idéale pour nous ».

Une chose qui semble avoir contribué à la grande reprise de la demande d'agrumes espagnols en Europe est le manque relatif de fruits égyptiens. « Au début de la campagne égyptienne, les exportateurs espagnols étaient préoccupés par les effets que la fermeture des marchés chinois pourrait avoir suite à l'apparition du coronavirus. Cependant, lorsque la Chine a commencé à ouvrir ses marchés en mars, les exportateurs d'oranges égyptiens se sont recentrés sur la Chine et ont également expédié pas mal de produits vers la Russie, laissant le marché européen assez vide et sans grande concurrence », explique Alejandro Peiró.

« L'Afrique du Sud et l'Argentine vont trouver un marché fantastique lorsque l'Espagne aura terminé ; sans stocks et avec des prix élevés pour leurs premières exportations. Toutefois, il faut tenir compte du fait qu'en raison des politiques de confinement, de nombreuses personnes perdent leur emploi et que le pouvoir d'achat diminue inévitablement. Les prix des fruits dans les supermarchés seront-ils durables à moyen terme ? De plus, même si les frontières sont rouvertes, le tourisme redeviendra-t-il ce qu'il était ? Je pense que les consommateurs espagnols vont exiger des produits bon marché et saisonniers cet été ».

D'ordinaire, Peiró Camaró termine sa campagne entre mai et juin, mais cette année, elle aura lieu plus tôt.

 

Pour plus d'informations : 
Alejandro Peiró
Peiró Camaró
Polígono Cotes B. C/ Aiguaders, 6/10
Algemesí. Valence - Espagne
Tél. :+ 34 96 244 83 26
info@peirocamaro.es 
www.peirocamaro.es 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)