La campagne du néflier du Japon ruinée par la pandémie ; celle des avocats se termine en beauté

La campagne espagnole de l'avocat Hass est sur le point de se terminer. Pour l'instant, le Pérou et l'Afrique du Sud dominent le marché européen, où l'offre est relativement faible et la demande ainsi que les prix sont élevés. Cette situation est très différente de celle d'autres produits exotiques, tels que le chérimolier (ou Cherimoya) et le néflier du Japon, qui ont été fortement touchés par la crise COVID-19.

« Malgré la pandémie, les avocats ont continué de se vendre très bien et les prix sont toujours élevés, bien que ceux-ci dépendent de la qualité, de l'origine et de la présentation », déclare Rafael Manzano, directeur de Frutas Manzano, de la Costa Tropical de Grenade. « Traditionnellement, l'offre sur le marché de l'avocat tombe à son niveau le plus bas vers Pâques car à cette époque les campagnes sont terminées en Espagne, en Israël, au Maroc et au Chili, et la transition vers le Pérou et l'Afrique du Sud n'est pas encore faite. Toutefois, cette année, en raison de la demande étonnamment élevée, la pénurie de produits a été plus sensible et nous terminerons encore plus tôt. Ce fut une campagne très satisfaisante, dans laquelle les volumes ont été très bien gérés ».

Selon Rafael Manzano, il y aura certainement encore deux ou trois semaines de forte demande et de pénurie sur le marché européen de l'avocat, du moins jusqu'à ce que les volumes péruvien et sud-africain deviennent plus abondants. « Il faut espérer que les prix n'auront pas trop baissé d'ici là et que les ventes ne stagneront pas, car on s'attend à une augmentation de la production d'avocats au Pérou. Tout dépendra de la manière dont les Péruviens géreront leurs exportations et leur échelonnement. »

Frutas Manzano produit et commercialise environ 5 000 tonnes d'avocats des variétés Hass, Bacon, Fuerte, Pinkerton et Reed à Grenade et à Malaga. Elle importe également environ 2 000 tonnes d'avocats, principalement du Pérou et de la Colombie. « Ce sont les deux origines que nous aimons le plus en basse saison et nous avons une bonne relation de confiance avec nos fournisseurs dans ces pays. Les avocats sont le seul produit que nous importons car dans cette entreprise nous nous concentrons sur les fruits saisonniers et locaux. Nous produisons également du chérimolier (de septembre à mai), des mangues (de septembre à décembre) et du néflier du Japon au printemps, mais dans ces cas-là, notre propre production en Espagne nous suffit, car les normes de qualité ne sont pas les mêmes et le prix des fruits importés par avion est trop élevé », explique Rafael Manzano.

Les avocats produits par cette entreprise sont principalement exportés vers la France et l'Allemagne, ainsi que vers les pays de l'Est et d'autres destinations européennes.

La campagne du néflier du Japon ruinée par le COVID-19 
Les premiers néfliers andalous ont commencé à être vendus à la mi-mars, un peu plus tôt que la saison dernière. La récolte a démarré avec de bons rendements et une qualité très satisfaisante, sans taches violettes sur la peau, grâce aux bonnes conditions météorologiques.

« Nous avons maintenant atteint le pic de production et le fruit a des niveaux de Brix élevés, mais la demande est au plus bas et les prix d'achat, qui atteignent en moyenne 0,90 € par kilo à l'origine, ne couvrent pas les coûts de production », déclare Rafael Manzano. « Parfois, même si cela implique une réduction de nos marges, nous payons les producteurs un peu plus pour qu'ils puissent investir dans la saison suivante ».

La principale raison de la baisse de la demande est l'impact énorme de la pandémie dans les pays consommateurs de néfliers, principalement l'Italie et l'Espagne, qui sont en quarantaine depuis plus d'un mois.

« 60 % des néfliers cultivés en Andalousie sont expédiés en Italie, un des pays qui, avec l'Espagne, a le plus souffert de l'impact de la pandémie. Le canal HoReCa est fermé, les marchés de gros fonctionnent à 40 % de leur capacité et le manque de marchés de rue est évident. Bien que les ventes dans les supermarchés se portent bien, cela ne compense pas les pertes des autres canaux. Au Portugal et en Espagne, nous avons les mêmes problèmes. La campagne est marquée par de nombreux revers », déclare Rafael Manzano. « La même chose est arrivée aux chérimoyas ; leurs prix ont atteint de très bons niveaux entre janvier et février, mais ils ont plongé à partir de mars ».


Pour plus d'informations : 
Alberto Casanova (Manager Import-Export)
Frutas Rafael Manzano e Hijos S.L.
Pol. Ind. « La Gasolinera », 43-44
Salobreña, Grenade ; Espagne 
Tél. : +34958612597
Cell. : +34 678543331
alberto@frutasmanzano.com 
www.frutasmanzano.com 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)