Hennie Bisschoff - Wegro :

La demande d'ananas augmente mais les exportations croissantes sont stoppées par le verrouillage

Les ananas sont depuis peu dans l'esprit des consommateurs sud-africains : en trois semaines, depuis le blocage lié au Covid-19, les ventes ont fortement augmenté sur le marché des produits frais de Johannesburg. Pendant cette période, les volumes ont rebondi après les dégâts causés par la grêle et les coups de soleil, ainsi que les faibles précipitations estivales ayant déprimé l'offre estivale.

Lorsque l'on compare les ventes d'ananas (en boîtes de 4 kg, 8 kg et 12 kg) sur le marché des produits frais de Johannesburg pendant les quatre semaines précédant le blocus du Covid-19 (semaines 10 à 13) aux ventes des quatre semaines suivantes (semaines 14 à 17), on obtient un tableau moins dramatique que certains des chiffres concernant les ananas publiés récemment dans la presse.

Au cours de la première période, 63 000 unités d'ananas ont été vendues sur le marché de Johannesburg, contre 87 000 unités au cours de la deuxième période, ce qui a entraîné une croissance des ventes de 38 % mais, si l'on regarde le prix moyen sur un mois, l'augmentation n'a été que de 6 %, à 114 R (5,7 euros) l'unité. (En comparant les prix quotidiens les plus bas dans certaines catégories avec les prix quotidiens les plus élevés en avril, on peut en déduire un doublement).


Ananas Wegro (photo : Hennie Bisschoff)

Les producteurs d'ananas se félicitent de l'importance soudaine de l'ananas - les ventes d'alcool ont été interdites en Afrique du Sud, ce qui a entraîné une renaissance de la bière à l'ananas - mais un producteur se montre réticent à accorder trop d'importance à l'augmentation de l'activité brassicole et à la hausse du prix intérieur.

« Oui, le prix a augmenté, mais il faut faire attention à ne pas le voir isolément », explique Hennie Bisschoff, de Wegro, un producteur d'ananas. « Il faut comparer les trois premiers mois de cette année avec les trois premiers mois de l'année dernière. Nous obtenons moins que ce que nous obtenions en mars pour les ananas en raison de la demande et de l'offre ».

La demande est actuellement anormalement élevée, confirme-t-il, mais les dégâts causés par la grêle il y a un an ont réduit de 15 % la récolte de l'année dernière et de cette année.

Les pertes dues aux coups de soleil sont 3 à 4 fois plus élevées cet été
« Nous avons eu les températures maximales les plus élevées jamais enregistrées l'été dernier, jusqu'à 46°C, et ce pendant plusieurs jours, ce qui est très inhabituel pour nous. Les coups de soleil deviennent alors un gros problème et au cours de la dernière saison, l'incidence des coups de soleil a été trois à quatre fois plus importante que d'habitude. À des températures supérieures à 40°C, on attrape des coups de soleil, selon l'humidité, le vent, la durée de la chaleur, mais lorsqu'elle atteint 45°C, la production d'une semaine est cuite et la peau devient blanche ».

Ce n'est qu'à la fin du mois de mars que les pertes dues aux coups de soleil ont été calculées et qu'il a été possible d'envoyer à nouveau des volumes plus importants sur le marché.

Les précipitations relativement faibles de l'été à Hluhluwe, dans le KwaZulu-Natal, où il cultive des ananas Victoria, ont également fait baisser les volumes, mais les bonnes pluies de fin d'été ont éclairé les perspectives pour l'année à venir.


Culture d'ananas à Hluhluwe, KwaZulu-Natal

L'ananas est très sensible aux forces de l'offre et de la demande,  peut-être plus que beaucoup d'autres produits, et c'est pourquoi sa récolte suit de près la demande. Actuellement, ils représentent 75 % des volumes totaux, mais pendant les mois d'hiver, ils ne représentent plus que 50 ou 60 % de la récolte d'été. Les cultures seront de nouveau en pleine production en septembre.

L'exportation est au point mort
La grande déception a été la fin des exportations de fret aérien et la fermeture temporaire des secteurs de la restauration et de la transformation.

« Les exportations d'ananas vers l'Europe étaient en forte augmentation jusqu'au verrouillage, tant pour les ananas entiers que pour le secteur des produits frais. La forte croissance de la demande d'ananas en provenance d'Europe pour ses propriétés anti-inflammatoires et sa teneur élevée en vitamine C s'est poursuivie tout au long des mois de février et mars. La demande du côté de la transformation a également augmenté au cours de l'année dernière ».

Les coûts du fret aérien ont plus que doublé et le taux de change (actuellement, le rand est à 18,27 R pour un dollar) n'a pas aidé.

« Nous pensons que dès que le verrouillage sera terminé et que les vols de passagers seront rétablis, les exportations devraient se poursuivre ».

Les navires passagers transportent des tonnes d'ananas
La suspension des navires de passagers a fortement affecté les ananas - les navires de passagers pendant la haute saison estivale dans l'hémisphère sud avaient l'habitude de prendre entre 20 et 40 tonnes d'ananas à bord chaque semaine.

Quant à l'intérêt très médiatisé pour la bière à l'ananas - certains magasins affichaient le sucre et la levure juste à côté des ananas dans le rayon des produits frais - Hennie ne pense pas que cela explique tout l'intérêt croissant pour l'ananas, qui a récemment été qualifié de super-aliment dans les médias, la première fois qu'il l'a vu mentionné dans cette classe.

« Bien sûr, vous avez beaucoup de gens qui s'ennuient et donc qui essaient de nouvelles choses. Ici, au KwaZulu-Natal, nous fabriquons de la bière à l'ananas depuis de nombreuses années ».

Une influence inattendue des acheteurs informels
L'industrie sud-africaine de l'ananas a récemment mené une enquête sur son marché et elle a été agréablement surprise de constater que le marché informel représente un segment important de son marché qui s'est mis en évidence lorsque les acheteurs informels n'étaient plus là pendant la première semaine de fermeture.

La consommation d'ananas par habitant en Afrique du Sud n'est pas très élevée, une fraction de celle d'un pays comme le Brésil, note  Hennie. « Mais ce serait merveilleux si l'attention récente portée aux ananas signifiait que nous augmentions notre consommation d'ananas sur le long terme ».

Depuis 2018, Wegro dispose de sa propre gamme de jus d'ananas, qui ne sont pas à base de concentré.

Pour plus d'informations : 
Hennie Bisschoff
Wegro
Tél. : +27 35 5620 130
onsgroei@wegro.co.za 
https://www.wegropines.com/ 
https://www.facebook.com/Wegropineapplefarming/ 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)