Hans Vanderhallen, Coopérative Hoogstraten :

« Maintenant que les exportations redémarrent, tout le monde est sur le pont »

Le nouveau directeur de la Coopérative Hoogstraten, Hans Vanderhallen, a dû relever un défi de taille. Après seulement trois mois de travail, le coronavirus a frappé. Comment cette coopérative fait-elle face aux mesures imposées aux entreprises belges ? La crise a-t-elle affecté les ventes de légumes de serre et de fraises ?

« Le vendredi 13 mars, le gouvernement belge a imposé les premières réglementations. Une semaine plus tard, nous étions dans une « légère » fermeture. Aujourd'hui, 75 % de nos employés, qui ne sont pas impliqués dans la logistique, travaillent à domicile. Nous ne pensions pas pouvoir revenir à la normale, mais nous l'avons fait », déclare Hans.

« Quelques collègues et moi-même sommes parmi les seuls à être au bureau toute la journée - les autres travaillent depuis la maison. Les emballeurs, les préparateurs de commandes, les trieurs et les caristes travaillent sur place. Bien entendu, ils respectent les règles ».

« Pour les fraises, les gens savent où nous trouver »
La Coopérative Hoogstraten n'a jamais eu un grand public pour ses ventes quotidiennes. Beaucoup de choses sont achetées à domicile et lors d'autres ventes aux enchères. Pourtant, les clients continuent de venir. « Ils savent où nous trouver pour les fraises. Les fraises restent un produit que les gens aiment voir avant d'acheter ».

« C'est pourquoi nous ne pouvons pas dire que nous avons maintenant plus de monde qu'auparavant sur les lieux des ventes aux enchères. Si les gens respectent les règles, il n'y a pas de problèmes. Mais, pour être honnête, ce n'est pas toujours facile. Heureusement, nous parvenons à séparer les acheteurs autant que possible », explique Hans.

Travailler à domicile
« Le passage au travail à domicile a été très brutal. Tout le monde a dû s'y habituer. C'est maintenant chose faite. Je suis ravi de la façon dont notre personnel a tout appris. L'avantage du travail à domicile est que les choses ne sont pas oubliées aussi facilement. L'inconvénient est qu'il n'est pas toujours possible de communiquer rapidement. Le contact avec les collègues manque également ».

« Heureusement, il y a suffisamment de systèmes de vidéoconférence qui permettent de communiquer. Je pense qu'il y en a cinq ou six sur mon ordinateur. Quand nous aurons le feu vert du gouvernement, nous diminuerons petit à petit le télétravail. Je suis cependant convaincu qu'il ne sera pas complètement supprimé. Il en restera une certaine forme », explique Hans.

« Nos produits doivent quitter le pays »
Lorsque le directeur examine les producteurs, il constate que beaucoup ont la situation sous contrôle. Les questions de travail, cependant, demeurent. « C'est un problème au niveau commercial aussi. Nous manquons de clients à cause de la fermeture de l'industrie hôtelière. D'autre part, nous avons bénéficié du boom de la vente au détail. Jusqu'à présent, le marché local a bien absorbé nos volumes. Mais, nos produits atteignent maintenant leur sommet en termes de volumes. Il s'agit notamment des fraises, des tomates et des poivrons. Les choses vont donc devenir plus difficiles ».

« Nous sommes un pays exportateur, nous devons donc traverser la frontière. Mais le coronavirus perturbe aussi d'autres pays européens. Nous vendons à tous les canaux locaux traditionnels. Mais, à l'étranger, nous fournissons une quantité relativement importante à l'industrie hôtelière. Aujourd'hui, la plupart de ces entreprises ont disparu. Il est donc essentiel que nos collaborateurs ouvrent d'autres canaux de vente. Nous devons le faire ensemble avec nos clients et nos exportateurs », déclare Hans Vanderhallen.

« Une fois la crise terminée, les choses ne seront plus jamais les mêmes qu'avant. Cette situation prouve à quel point il est important pour une organisation de connaître ses clients et ses marchés de vente. Si vous n'avez pas cette connaissance, vous ne pouvez pas réagir. Nous ne réalisons que trop bien aujourd'hui ce que ce savoir-faire signifie pour le commerce. Notre stratégie pour les prochaines années est de nous concentrer sur la construction des connaissances et du savoir-faire », conclut Hans.

Pour plus d'informations : 
Hans Vanderhallen
Coopérative Hoogstraten
Kluis Z.1 - 1050, 59 Loenhoutseweg
2320, Hoogstraten, Belgique
Tél. : +32 (0) 33 40 02 11
info@hoogstraten.eu 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)