José Aurelio García, d'Explum : « Nous espérons ne pas perdre le marché brésilien cette année »

Baisse de la production de prunes à Badajoz, augmentation de la demande et hausse des prix

Le début de la campagne de fruits à noyau à Badajoz rend le secteur optimiste, après les crises de prix de ces dernières années. La récolte de prunes, la plus importante pour la région, a été avancée d'une semaine à dix jours, avec des volumes nettement inférieurs à ceux de la saison précédente, ainsi que des prix plus élevés. La demande et le prix des pêches et des nectarines sont également plus élevés que l'année dernière. 

« Nous avons eu deux très bonnes semaines de vente de pêches et de nectarines. L'offre est plus petite et elle est tombée en dessous de la demande. De plus, le beau temps dans une grande partie de l'Europe et les nouvelles tendances de consommation déclenchées par les mesures prises dans le cadre de la pandémie ont joué en notre faveur. Les prix sont actuellement bons pour tous les maillons de la chaîne, à commencer par le producteur », déclare José Aurelio García, directeur d'Explum.

Le volume de production de la prune Early Queen, la variété phare précoce, a été réduit d'environ 50 %. « La demande et les prix sont déjà plus élevés que l'année dernière et nous espérons que cette tendance se poursuivra pour le reste de la saison. Nous devrons attendre de voir comment le marché réagira à l'arrivée d'une production accrue de variétés populaires comme la Black Splendor, avec des calibres plus importants et une demande plus forte sur davantage de marchés. Pour l'instant, la variété est déjà récoltée à Séville et dans moins de deux semaines, elle sera également récoltée à Badajoz. D'ici là, nous pensons que la Early Queen sera déjà épuisée, car, contrairement à d'autres années, chaque jour se termine avec des chambres froides vides ».

Les gelées en Italie ont fait chuter la production globale de fruits à noyau. « Là-bas, ils produisent principalement des prunes Angeleno, donc nous aurons peut-être moins de concurrence cette année. Le rendement des prunes jaunes, qui commenceront à être récoltées entre juillet et août, est également plus faible, mais nous ne savons pas comment le marché va réagir. En tout état de cause, la Pologne aura également une offre plus faible de prunes rouges et jaunes. Nous sommes dans une nouvelle situation et nous ne savons pas encore avec certitude comment la demande se comportera au milieu de l'été. L'incertitude demeure, mais la forte consommation de fruits due aux préoccupations sanitaires actuelles nous donne des raisons d'être optimistes », déclare José Aurelio.

S'il y a une chose qui inquiète les exportateurs de prunes cette année, c'est la perte possible du marché brésilien, qui a absorbé l'an dernier environ 1 000 conteneurs. « Afin d'arrêter l'Eudémis de la vigne (Lobesia botrana), un parasite qui affecte des cultures comme la vigne, les autorités brésiliennes nous demandent maintenant de traiter notre production avec du bromure de méthyle, un produit phytosanitaire dont l'utilisation a été interdite en 2005. Nous n'avons pas encore trouvé de solution à ce problème, qui pourrait entraîner la perte d'un marché important pour le secteur, notamment pour les prunes noires », explique le directeur d'Explum.

Pour plus d'informations : 
José Aurelio García
Explum SC
Tél. : +34 924446338
Cell. : +34 615289854
jagarcia@explumsc.com 
www.explumsc.com 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)