Stabilité du prix des myrtilles, baisse de la demande de groseilles

« Les myrtilles sont d'une qualité exceptionnelle », déclare Omar Ehab, chef de l'équipe de spécialistes des fruits rouges de O'berries. Cette entreprise néerlandaise importe des fruits frais et des fruits surgelés IQF. Elle ne vend pas seulement des myrtilles néerlandaises. Elle importe et vend également des baies de Serbie, du Chili, du Pérou, du Portugal, d'Espagne et de Pologne. Omar note que les prix étaient plus ou moins normaux à la fin du mois de mai, mais que les ventes ont été légèrement inférieures à la normale.


Myrtilles du Kosovo

Cette demande déprimée et cette offre en retard ont permis de stabiliser les prix. « Nous sommes heureux que la demande soit suffisante pour absorber l'offre. Les prix restent donc à un niveau acceptable ». Il espère que le marché et les prix resteront sous contrôle lorsque d'autres myrtilles arriveront sur le marché dans quelques semaines. Pas comme l'année dernière, où différents pays récoltant leurs fruits rouges en même temps ont provoqué un excédent.


Champ de myrtilles au Kosovo

Omar estime que depuis l'instauration des mesures anti-coronavirus chez O'Berries, l'accent a été mis sur le dépôt de programmes sous contrat. En revanche, il n'y a pratiquement pas de ventes ponctuelles de myrtilles. « Nous gardons moins de stock, et les fournisseurs envoient également moins de myrtilles. Ils veulent prendre moins de risques. C'est une question de risque et d'incertitude. Nous pourrions vendre environ 10 à 15 tonnes sur le marché au comptant. Mais, tant que les choses restent incertaines, vous ne savez pas si les clients achèteront leurs volumes normaux ». 

Diminution de la demande de groseilles
Omar est moins optimiste pour les groseilles. Il constate que celles-ci se retrouvent souvent dans les circuits de l'hôtellerie et de la restauration. Il y a donc beaucoup moins de demande pour ces petits fruits rouges maintenant. La saison néerlandaise des groseilles commence progressivement à la fin du mois de mai. Omar a remarqué que les variétés chinoises sont de mauvaise qualité et il espère que la saison néerlandaise sera meilleure. « Avril et mai sont généralement des mois dorés pour les groseilles, avec des prix allant jusqu'à 30 à 40 euros la boîte ».

« Nous n'avons malheureusement pas obtenu ces prix cette année. » Omar a constaté une baisse générale de la demande de plastique. « Il y a généralement moins de demande pour le plastique et, par conséquent, nous avons de nouveaux emballages en carton », explique Ehab. Il constate que les clients appliquent l'idée de durabilité de manière plus large que par la simple utilisation de moins de plastique. Il s'intéresse également à des questions telles que la prévention du gaspillage alimentaire et la transparence de la chaîne alimentaire.

À cette fin, O'Berries étudie les besoins des consommateurs en matière de baies. Ils veulent adapter leur offre pour répondre à ces besoins et, de cette façon, empêcher que les baies ne soient jetées. Les fournisseurs prennent moins de risques, ce qui se traduit par une réduction de l'offre. Ils travaillent également beaucoup avec des programmes sous contrat. Omar constate donc qu'il y a moins de gaspillage de nourriture. Il considère que c'est l'un des points positifs inattendus de cette crise. 

Questions relatives au coronavirus
Mais, la crise du coronavirus a définitivement affecté le commerce des fruits à baies. « Quand la crise a commencé, les gens ont commencé à effectuer des achats de panique, et c'était mouvementé », réfléchit Omar. « Nous avons été épuisés pendant trois semaines, sans aucun stock. Les choses sont ensuite revenues à un niveau normal. Et la fin du mois de mai a été encore plus calme que d'habitude ». Omar note qu'à la fin du mois de mai, les ventes supplémentaires aux détaillants ne pouvaient plus compenser les ventes manquantes au secteur de l'hôtellerie et de la restauration. Il n'y avait cependant aucune chance de dégager des excédents car l'offre était également à la traîne. « Heureusement, très peu de fruits espagnols ou portugais sont arrivés sur le marché ».

« Il n'y avait pas non plus beaucoup de choses provenant des Pays-Bas ». Les exportations de fruits à baies vers l'Asie ont également été assez durement touchées. « Nous ne pouvions pas exporter à des niveaux normaux en raison de l'espace et des prix anormaux du fret aérien. » Ehab explique que l'année dernière, à la même époque, O'Berries a exporté 30 à 40 palettes de myrtilles par semaine vers Hong Kong seulement. « Maintenant, nous en sommes à cinq ou six palettes, tout au plus. » Il admet que comme il y a souvent trop peu de réservations, les vols sont annulés. Il s'attend à ce que le coronavirus détermine la progression de la saison des fruits tendres.

« Tout cela est très particulier. Les myrtilles font partie du commerce quotidien, donc quand les choses tournent mal avec les fournisseurs, les clients et la logistique, on sent vraiment la différence entre les périodes avant et après coronavirus ». Omar, cependant, ne considère pas la situation dans son ensemble comme purement négative. Il constate, par exemple, que le gouvernement est plus souple en ce qui concerne la documentation et que les clients sont compréhensifs. « Cela concerne tout le monde. C'est aussi une bonne chose que nous nous entraidions ». Mais Omar admet qu'en fin de compte, il faut faire de l'argent. Et c'est là que le mal est fait.

Pour plus d'informations : 
Omar Ehab
O'berries
Tél. : +31174899301
hello@oberries.nl 
www.oberries.nl  
www.linkedin.com/showcase/oberries/    


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)