José Carbonell, président de Federcitrus :

« La situation dans certains ports espagnols est très inconfortable »

L'augmentation du nombre d'interceptions d'organismes tels que le champignon Phyllosticta citricarpa (responsable de la tache noire des agrumes) dans les ports européens, principalement espagnols, a conduit l'Argentine à suspendre préventivement ses exportations pendant 15 jours à partir du 1er juillet, mais ce qui était prévu comme une mesure temporaire restera en vigueur pendant le reste de la saison.

Federcitrus, la Fédération argentine des agrumes, a affirmé son mécontentement du fait de la non présentation des analyses des contrôles dans les ports espagnols.

« La situation dans certains ports espagnols comme Carthagène, où des interceptions de taches noires ont été signalées sans documents montrant le résultat des analyses PCR, qui sont obligatoires pour l'accréditation d'un organisme de quarantaine, est très inconfortable », déclare José Carbonell, président de la fédération, en référence à la procédure de notification des détections dans le port de Carthagène, à Murcie. « C'est une chose pour nous d'être un bon complément commercial, mais cette inexplicable agressivité de la part de ceux qui effectuent les contrôles en est une autre. Nous voulons simplement voir les preuves », déclare M. Carbonell.

La décision d'arrêter les exportations de citrons a été prise d'un commun accord avec le Service national pour la santé et la qualité agro-alimentaire, SENASA, en raison de l'incertitude générée dans le secteur de l'exportation des agrumes par le rejet de ce fruit en Europe. Toutefois, l'exportation d'oranges et de mandarines n'a pas été affectée et continuera à se faire normalement, d'après le président.

« Il était très risqué de continuer à exporter dans ces conditions. Dans toute relation d'affaires, il doit y avoir un degré de confiance et de confort qui soit utile aux deux parties, et dans ces circonstances, il était trop onéreux pour que nous soyons soumis à des interceptions quotidiennes. Nous avons décidé d'arrêter d'exporter cette année. Une fois la campagne terminée, nous aurons le temps de réfléchir et de repenser le sort de nos relations avec l'Europe », déclare M. Carbonell. « Nous sommes très contrariés d'avoir dû prendre cette décision, car nos fruits se portaient bien dans cette destination, et nous ne savons pas si nous allons pouvoir les délocaliser vers d'autres marchés ».

Le problème des expéditions vers l'Europe n'est cependant pas le seul défi auquel le secteur argentin du citron a été confronté cette année. L'expansion rapide de la pandémie et les conséquences des blocus internationaux ont marqué le développement de la campagne 2020, dans laquelle les conditions climatiques ont provoqué une forte baisse de la production. « Lorsque la campagne arrivera à son terme, il sera temps d'évaluer et de déterminer l'étendue de notre responsabilité. Si une entreprise a eu un problème, il sera sûrement analysé, mais il est vrai aussi que des événements extraordinaires ont eu lieu ».

L'Europe est le principal marché d'exportation des citrons argentins, bien que sa part de marché puisse être menacée en raison de la croissance inéluctable des exportations sud-africaines. « Nous allons faire de notre mieux pour tenir bon sur ce marché », a déclaré M. Carbonell.

Pour plus d'informations :
Jorge Amigo
Federcitrus
jamigo@federcitrus.org
www.federcitrus.org


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)