Manel Simon, directeur d'Afrucat :

« La fin précoce de la saison des fruits à noyau laissera plus de place aux poires et aux pommes »

Récemment, le secteur des fruits et légumes de Lleida a été accusé d'être responsable de la plupart des infections de COVID-19 dans la division du Segrià. « Une association et les médias ont donné des exemples de cas qui ne sont pas du tout représentatifs du secteur des fruits et légumes de Lleida. Les autorités sanitaires n'ont cependant pas établi de lien entre l'épidémie de coronavirus et ce secteur », déclare Manel Simon, directeur d'Afrucat (l'association des entreprises fruitières de Catalogne). « Le fait que les protocoles stricts de sécurité et d'hygiène, que nous avons conçus avant la campagne, nous aient permis de trouver des cas ne signifie pas que notre secteur en soit la source ».

Afrucat a publié le premier protocole pour les plantes fruitières contre le COVID-19, examiné et validé par le département de la santé du gouvernement catalan et validé et recommandé par l'UGT. Ce protocole, suivi par pratiquement tous ceux qui sont associés à l'entité, définit une série de mesures strictes pour la protection de la santé des travailleurs des usines fruitières.

Lorsque tout le pays était en état de confinement, le secteur fruitier en Catalogne a continué à travailler, tant dans les usines de conditionnement des pommes que dans les préparatifs de la prochaine récolte de fruits à noyau pendant les mois de mars, avril et mai. Selon le représentant d'Afrucat, « des tests ont été effectués pendant cette période, sans qu'il y ait une seule détection. Au moment où le processus a commencé, le nombre de cas avait considérablement diminué, bien que des détections de COVID-19 aient encore été signalées dans toute l'Espagne. Pendant cette période, nous avons tous été en contact avec notre famille et nos amis, et c'était donc une question de temps avant que de nouveaux foyers ne soient détectés. Dans notre cas, nous n'avons trouvé un cas qu'environ un mois ».

« Nos contrôles sont très stricts, peut-être les plus stricts de tout le secteur. Nous mesurons la température de tous les travailleurs et toute personne qui présente des symptômes est surveillée. Lorsqu'un cas est détecté, nous informons les autorités sanitaires et nous séparons et isolons la personne infectée. Nous avons volontairement suivi et testé tout le personnel des entreprises associées à Afrucat, en couvrant nous-mêmes les coûts. La plupart des 100 cas détectés étaient principalement des jeunes, immigrés et non-immigrés, qui ne présentaient aucun symptôme. Sans ces tests, nous n'aurions pas découvert autant de personnes asymptomatiques qui infectent sans le savoir leur entourage. Pourquoi ces cas sont-ils apparus ? Tout simplement parce que nous avons été les premiers à faire des tests », explique Manel Simon.

La campagne de fruits à noyau se terminera avec environ 10 jours d'avance
Les pluies persistantes et la grêle ont entraîné une réduction d'environ 30 % de la récolte de pêches et de nectarines en Catalogne cette année. La production est rare dans presque toutes les zones de culture actuellement en période de récolte, aussi bien en Espagne que dans d'autres pays, y compris d'importants producteurs, comme la France et l'Italie. Par exemple, en Émilie-Romagne, l'impact des gelées a réduit la récolte de 80 %.

« L'offre de fruits est très faible en Europe, donc sur le plan commercial, les choses se passent bien. La pénurie de fruits apporte un équilibre au marché, car il y a toujours quelqu'un qui cherche à faire baisser les prix. Par conséquent, les prix restent à des niveaux très raisonnables. Toutefois, les marges bénéficiaires dépendront du fait que les producteurs disposent ou non d'un bon volume de fruits utilisables. Ce sera plus difficile pour ceux qui ont eu de faibles rendements et des pertes importantes. La récolte a démarré environ deux semaines plus tôt et les volumes atteignent maintenant leur maximum. Mais avec l'offre dont nous disposons, il y aura une pénurie à partir de la mi-août, soit environ dix jours plus tôt que d'habitude. Cela donnera plus de place aux poires et aux pommes, qui n'auront pas à affronter autant de concurrence », explique Manuel Simon.


Pour plus d'informations :
www.afrucat.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)