Quel avenir pour les prunes espagnoles ?

Les volumes de production de prunes dans la région espagnole d'Estrémadure, principale zone de production de ce fruit en Espagne, sont inférieurs d'environ 25 % à ceux de la saison dernière. Bien que la première partie de la saison ait été bonne en termes de demande et de prix, la perte surprenante du marché brésilien cette année a entraîné une chute des prix. En fait, sans l'absence de ce marché, la campagne aurait probablement été bonne, étant donné la baisse de la production dans d'autres pays, comme l'Italie, la France, le Portugal ou la Grèce, due à l'impact du gel et des tempêtes de grêle. Mais l'Espagne est-elle vraiment seule sur le marché ?

« De nombreuses entreprises d'Estrémadure misent beaucoup sur l'exportation au Brésil. La saison dernière, plus de 20 000 tonnes y ont été expédiées. C'est un marché très attractif en raison de sa bonne demande de fruits de taille 50 et plus et de conteneurs en vrac de 9 kg. Les bons résultats obtenus dans ce pays ont amené de nombreux exportateurs à mettre tous leurs œufs dans le même panier, pour ainsi dire », déclare un exportateur de prunes espagnol.

Même si, dans une certaine mesure, les fruits se retrouvent sur d'autres marchés tiers, comme l'Inde, l'Europe reste l'une des principales destinations des exportations de prunes. Cependant, au cours d'une année comme celle-ci, les manques sont de plus en plus comblés par les productions locales.

« La Pologne a une production de prunes remarquable depuis des années. Les Anglais consomment déjà leurs prunes, qui sont préférées sur un marché qui tend à privilégier les produits nationaux. Nous perdons également le marché norvégien, qui possède déjà ses propres prunes, comme l'Allemagne », explique l'exportateur.

Cette année est déjà difficile, mais que se passera-t-il l'année prochaine si les exportateurs espagnols ne peuvent toujours pas expédier au Brésil ou en Italie et que les autres pays exportateurs traditionnels ont des récoltes normales ?

« La campagne de prunes espagnole de 2018 a été marquée par une récolte à faible rendement, tant en Estrémadure que dans le reste de l'Europe, mais les exportateurs espagnols ont compté sur le marché brésilien. La situation de cette campagne est alarmante ».

« La vérité est que le secteur fruitier d'Estrémadure dépend fortement des prunes, puisque les pêches et les nectarines ont été laissées dans une sorte de « no man's land », perdant du terrain par rapport aux autres régions productrices espagnoles. Une situation similaire s'est produite à Badajoz, où l'accent est mis sur les prunes, et à Castellón avec ses mandarines et clémentines. Que réserve l'avenir aux prunes espagnoles ? », s'interroge l'exportateur.


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)