« Un tournant pour les exportations argentines d'agrumes vers l'Europe »

L'UE interdit l'importation de citrons et d'oranges en provenance d'Argentine jusqu'au 30 avril

Le 13 août, l'UE a décidé de recourir à une procédure d'urgence pour interdire temporairement l'importation de citrons et d'oranges frais en provenance d'Argentine. L'interdiction est entrée en vigueur le dimanche 16 août et le restera jusqu'au 30 avril 2021.

Jusqu'au 30 juillet, 117 cas de maladies phytosanitaires telles que la tache noire (Phyllosticta citricarpa), le chancre des agrumes (Xanthomonas citri) et la tavelure (Elsinoë) avaient été détectés dans les importations argentines, notamment de citrons. La situation est bien pire que l'année dernière, où seulement 21 détections avaient été signalées.

 

« C'est une année très remarquable en termes de détections phytosanitaires. Il y a eu une énorme augmentation du nombre de cas de tache noire, un record sans précédent », déclare José Antonio García, directeur de l'Ailimpo, l'association interprofessionnelle du citron et du pamplemousse.

L'interdiction d'exporter des citrons vers l'UE que l'Argentine s'est imposée le 1er juillet n'a pas eu l'effet escompté, car des lots d'oranges touchés par la tache Noire ont été interceptés ces dernières semaines. À la suite de cette nouvelle interdiction, en vigueur depuis le 16 août, l'UE procédera à un audit du système de garantie phytosanitaire pour la culture des agrumes en Argentine au début de 2021. En fonction des résultats, l'UE pourrait décider de reporter la fin des restrictions à une date ultérieure.

« La CE a mis trop de temps à entamer cette procédure, car le processus de décision est malheureusement très lent et lourd. La campagne argentine pour les agrumes est déjà terminée, donc, en termes pratiques, cette interdiction d'importation n'aura aucun impact », déclare José Antonio.

Pour le directeur d'Ailimpo, il s'agit d'un tournant pour les exportations d'agrumes argentins vers l'Europe. « Une période commence maintenant où l'Argentine devra donner de nombreuses explications à la CE par le biais de la SENASA sur ce qui s'est passé cette année. Il faudra pour cela mener un long débat technique et scientifique afin de déterminer les nouvelles conditions d'accès des agrumes argentins dans l'UE. Les données disponibles suggèrent certainement que les conditions d'importation devraient être plus strictes, tant à l'origine qu'à la destination ».

Les interceptions ont eu lieu dans différents ports européens, non seulement en Espagne, mais aussi en Italie, au Portugal, aux Pays-Bas ou en France. « Malheureusement pour les exportateurs d'agrumes argentins, il s'agit d'un problème assez étendu. Bien que Federcitrus ait fait quelques déclarations regrettables concernant la fiabilité de certains ports espagnols en termes de procédures d'inspection phytosanitaire, notamment dans le port de Carthagène, il faut noter que 50 des 117 cas ont été détectés dans ce port, il y a donc encore 67 détections dans d'autres ports européens, soit trois fois plus que l'année dernière », déclare José Antonio García. « En tout cas, il est important que les processus de contrôle phytosanitaire soient homologués et homogènes dans tous les ports de l'Union européenne ».

L'exportation de citrons en provenance d'Argentine a été complètement stoppée. Les envois de citrons effectués après le 1er juillet 2020 ne seront plus acceptés. Les expéditions d'oranges sont toujours acceptées jusqu'au 4 septembre. L'UE devrait lancer un appel urgent à l'Argentine pour qu'elle arrête immédiatement toutes les expéditions en transit vers les ports de l'Union européenne.

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)