Pays-Bas : la chaleur ne menace pas la bonne année du radis

La culture du radis aux Pays-Bas a montré un rendement réduit ces dernières semaines en raison de la vague de chaleur du mois d'août. L'effet est toutefois limité. Les producteurs de radis Jongfresh et Daily Fresh Radish parlent d'une « année positive » malgré le coronavirus.

« En raison du coronavirus, la vente de radis a été meilleure cette année que l'année dernière. Les gens étaient plus à l'aise chez eux et voulaient manger plus sainement », explique John Grootscholten du Daily Fresh Radish.

Début avril, le producteur s'inquiétait encore. « Mars est normalement l'un de nos meilleurs mois, mais le pays a été mis sens dessus dessous et les radis n'ont pas été vendus. À l'époque, nous craignions pour les mois suivants ».

Ces craintes se sont avérées infondées. Au cours du mois d'avril, la demande a augmenté en raison du comportement d'accumulation des consommateurs. Cela a rapidement compensé une grande partie de la perte du mois de mars. Grootscholten pense que la tendance à une alimentation saine sera permanente. « Le coronavirus a montré qu'un mode de vie malsain influence les symptômes de la maladie. Les gens s'en rendent compte et vous le remarquez dans la demande ».


John et Dennis Grootscholten

Avril est le mois de transition pour la culture du radis
Avril est normalement un mois de transition important pour la culture du radis, lorsque les prix d'hiver plus élevés se transforment en prix d'été plus bas. « À partir d'avril, les radis de plein champ arrivent d'Allemagne et les prix vont baisser », explique M. Grootscholten, en soulignant qu'il n'y a généralement pas de fluctuations majeures du niveau des prix. « En été, les prix sont de 20-25 cents, alors qu'en hiver, ils sont de 35-40 cents par botte ».

Bien qu'en hiver, on consomme moins de radis, la demande de Daily Fresh Radish se maintient. « En hiver, les Allemands viennent chez nous pour faire leurs courses. » Cette dynamique de la demande signifie que Grootscholten utilise pleinement la surface de serre en hiver. En revanche, en été, dix des vingt hectares sont destinés à la location. « Sinon, vous deviendrez votre propre concurrent », selon le producteur.

Passer de la restauration à la vente en gros
Le producteur de radis Jongfresh de Monster parle lui aussi d'une excellente saison, bien que ces dernières années, l'entreprise se soit spécialisée dans le secteur de la restauration. Selon John van Lieshout, directeur des ventes, malgré la fermeture obligatoire du secteur, le préjudice financier redouté ne s'est pas concrétisé. « La baisse des ventes vers la restauration a été entièrement absorbée par la demande accrue des grossistes ».

Il n'a aucune explication à ce phénomène. « Peut-être que les consommateurs ont commencé à faire davantage leurs achats chez le marchand de fruits et légumes ou au marché ».

Jongfresh cultive huit variétés de radis différentes. En raison de la fermeture du secteur de la restauration, l'entreprise a procédé à des ajustements du plan de culture. Des variétés spécifiques aux restaurants comme le radis blanc ont été moins semées et remplacées par des variétés plus courantes. Comme le secteur de la restauration ne tourne pas encore à plein régime, ces ajustements seront encore en partie poursuivis pour le moment.


Erik et Peter de Jong, Jongfresh.

Modification du plan de culture
Au printemps et en été surtout, il est facile de modifier le plan de culture, poursuit M. Van Lieshout. « En été, la propagation ne prend que trois semaines, un processus qui peut prendre jusqu'à douze semaines en hiver ».

Bien que le radis pousse rapidement en été, une chaleur excessive peut également avoir des conséquences négatives sur la culture. Le cultivateur de Monster en fait actuellement l'expérience personnelle. « En raison de la chaleur d'il y a deux semaines, la croissance est irrégulière et des lacunes apparaissent dans la production ». Dans sept à dix jours, il pense que les conséquences de la semaine chaude se seront dissipées.

Daily Fresh Radish a également souffert du stress thermique. « Le problème réside principalement dans les nuits chaudes, la chaleur reste donc dans la serre », explique M. Grootscholten. Il indique qu'en plus de la réduction de la production, la qualité s'est également détériorée. « Mais à partir de la semaine prochaine, elle sera de nouveau normale ».

 

Pour plus d'informations :
Daily Fresh Radish B.V.
info@dailyfreshradish.nl
www.dailyfreshradish.nl


Jongfresh VOF  
www.jongfresh.nl
info@jongfresh.nl


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)