Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Lancement de Campagne Pommes et Poires 2020 :

Une campagne française qui pourrait être particulièrement réussie cette année

Le lancement de la campagne Pommes et Poires 2020 s’est tenu hier, jeudi 27 août 2020, en visioconférence avec plus de 120 participants. Au cours de cette conférence, le bilan de campagne 2019-2020 a été présenté, ainsi que les perspectives de la campagne de poires et de pommes 2020-2021 en France et à l’étranger.

Bilan de la campagne 2019-2020
Cette année, le bilan de la campagne a été relativement particulier en raison de la crise sanitaire. Les ventes des adhérents de l’ANPP ont été assez dynamiques depuis le début de l’année civile. Le confinement a occasionné une forte augmentation de la demande. Les adhérents de l’ANPP se sont organisés pour y faire face, malgré de nombreuses difficultés (disponibilité de la main-d’œuvre, mesures sanitaires, logistique transport…). Parmi ces fortes ventes, la proportion de produits préemballés a été beaucoup plus importante qu’à l’accoutumée. Le consommateur a réduit sa fréquence d’achat (confinement) et augmenté son panier moyen (espacement des achats et davantage de repas au domicile). Il a privilégié, parmi les produits frais, les plus aptes à se conserver quelques temps. La pomme a donc bénéficié de la situation. Par ailleurs, l’augmentation des ventes de pommes a également été observée à l’export.

Le confinement est intervenu à un moment de la campagne où les prix sont habituellement en augmentation. Mais malgré le confinement et la forte demande, l’augmentation reste dans des proportions presque habituelles. Pourtant cette augmentation intervient dans un contexte de campagne à bas prix insuffisants pour les producteurs. Elle n’aura pas compensé la hausse des coûts de production (coûts salariaux, productivité en station, aménagements sanitaires, coûts de transport…). Sans l’effet Covid cependant, la campagne de pommes de cette année se serait avérée très décevante.

Outre la période de confinement, la campagne 2019-2020 aura été caractérisée par une offre majoritairement constituée de petits calibres et un marché très segmenté avec une meilleure valorisation des gros calibres.


Stocks français au 01.07.2020 - Source : ANPP

Bien qu’au 1er juillet 2020, les stocks étaient de 18 000 tonnes supplémentaires par rapport à la saison précédente, la situation est loin d’être alarmante puisque ce sont cette année 225 000 tonnes enregistrées en moins dans les stocks à l’échelle européenne. Ce surplus français s’écoulera donc facilement. Par ailleurs, le léger surplus d’import d’hémisphère sud viendra compenser le manque européen.   

Les perspectives de la récolte de poires 2020 en France


Une récolte 2020 sensiblement identique à 2019 - Source : ANPP

Les estimations de la récolte de poires cette année avoisinent les 124 000 tonnes, niveau sensiblement identique à celui de l’an dernier également relativement bas. La récolte cette année sera caractérisée par un petit manque en poires d’été, notamment en Guyots et des volumes supérieurs à ceux de 2019 en poires d’automne et d’hiver grâce aux variétés Conférence et Comice.


Récoltes par variété - Source : ANPP

L’offre en poire française reste toujours insuffisante pour alimenter la totalité du marché français.

Les perspectives de la récolte de poires 2020 à l’international
A l’échelle européenne, bien que les prévisions de récolte 2020 soient supérieures à la récolte de l’année passée, elles restent inférieures à la moyenne avec environ 2,2 millions de tonnes. Alors que l’Italie avait fait une très mauvaise récolte l’année passée, celle-ci augmenterait de 77 % par rapport à 2019 et de 9 % par rapport à la moyenne des 4 dernières années. Les Pays-Bas auront une récolte identique à celle de l’année dernière. Quant à l’Espagne, la production est un peu inférieure à 2019, qui était par ailleurs une bonne année. Le Portugal, qui avait fait une très belle récolte l’an passé notamment avec la poire Rocha, accusera une baisse de 21 % cette année pour revenir à des niveaux de récolte traditionnels. Les volumes de la Chine seront aussi impactés avec une baisse de 11 % par rapport à 2019.


Prévisions de récolte de poires par pays européen - Source : ANPP


Prévisions de récolte de poires par pays hors UE - Source : ANPP

Concernant les variétés, on observe cette année une forte augmentation des volumes d’Abate (+105 %) et un recul des poires Rocha (-21 %).


Poires : UE par variétés – Retour contenu d’Abate, repli de Rocha - Source : ANPP

Les perspectives de la récolte de pommes 2020 en France
La récolte française de pommes cette année est estimée à 1,4 millions de tonnes. Il s’agit donc d’une petite récolte mais avec une bonne qualité, de bons calibres, une bonne fermeté et bonne coloration. Les volumes de récolte sont modérés en raison du phénomène d’alternance et d’une mauvaise floraison.

Concernant les variétés classiques, beaucoup exportées, il y a un recul cette année de 19 % en termes de volumes par rapport à 2019. Ce déficit est un peu plus marqué sur des variétés comme la Golden, Granny, Fuji, Braeburn et Jonagold.

Pour ce qui est des variétés club, on observe une baisse de 5 % par rapport à l’an passé, avec des rendements à l’hectare limités mais compensés par une augmentation de la superficie des vergers.

Enfin, les variétés terroirs, celles produites presque exclusivement en France et à destination du marché français, sont également en recul de 5 %.


Récolte pommes 2020 : France – Les « classiques » en recul - Source : ANPP

Les perspectives de la récolte de pommes 2020 à l’international
A l’image de l’année dernière, ce sera une petite récolte de pommes. Les prévisions européennes cette année sont de 10,7 millions de tonnes. Une récolte inférieure à la moyenne et au potentiel  européen de production.


Pommes : UE par pays – Récolte modeste presque partout - Source : ANPP

La récolte sera modeste dans presque tous les pays européens. Il n’y aura pas une forte production allemande avec 951 000 tonnes (-4 % par rapport à 2019). L’Espagne, avec 467 000 tonnes, présentera une récolte modeste en recul de 16 % par rapport à 2019. Le Portugal aura également une récolte modérée, avec 301 000 tonnes, restant proche de la moyenne sur les 4 dernières années.

La saison dernière, la Pologne avait beaucoup souffert des intempéries caractérisées par des périodes de gel très marquées. Dans une moindre mesure, le pays aura fait face cette année aux mêmes incidents climatiques affectant quelques zones de production. La récolte cette année est donc prévue à 3,4 millions de tonnes, un rendement supérieur à l’année passée mais qui reste loin du potentiel polonais. Par ailleurs, les Polonais indiquent que 55 % de leur production est de mauvaise qualité et sera donc destinée à la transformation. L’offre polonaise sur le marché frais sera donc faible voire très faible.

On observe également un déficit pour la production hongroise et en République tchèque, mais une augmentation des volumes en Roumanie.


Pommes : Récolte UE par variété - Source : ANPP

Il est à noter que toutes les variétés sont en recul à l’échelle européenne, sauf la Gala qui reste stable. Concernant la récolte des variétés club, on observe la même tendance qu’en France. Elles sont en croissance à l’échelle européenne, essentiellement dû à l’arrivée de l’entrée en production de nouvelles plantations.


Récolte de pommes hors UE – Chine et USA en retrait - Source : ANPP

Hors UE, on observe également une diminution de la production par rapport à l’an dernier. La Chine devrait atteindre les 40 millions de tonnes, alors que son potentiel est de 45 millions. Sachant que la production est principalement destinée au marché local et que « seulement » 1 million de tonnes sont exportées, on peut imaginer que pour cette campagne, la capacité d’export de la Chine sera plus limitée.

Quant aux USA, ils accuseront une baisse de rendements de 7 % par rapport à l’an passé, tandis que la Turquie augmentera ses rendements de 5 %.

Conclusion
La récolte européenne sera limitée cette année avec un petit déficit réparti de manière homogène entre les pays. Pour cette campagne, tous les pays européens sont donc sur le même pied d’égalité avec une récolte modeste, ce qui permettra d’avoir un comportement commercial plus homogène et moins de tiraillements entre les pays.

Concernant la récolte, tous les pays européens sont en avance, excepté la Pologne qui commence la cueillette avec une petite semaine de retard.

Compte tenu du contexte international, l’offre française est suffisante et donc en mesure d’approcher le marché intérieur français. Les premières informations de récolte sont positives, les producteurs sont satisfaits de la qualité, les calibres sont bons, la fermeté et la couleur aussi. L’offre française semble donc adaptée qualitativement aux caractéristiques de la demande du marché intérieur français. L’offre destinée à la transformation devrait donc être modérée grâce à la conjugaison de rendements plus faibles et d’une bonne qualité.

En revanche, certains éléments soulèvent des questionnements. Dans ce contexte de crise sanitaire, la production est très préoccupée par la disponibilité en main-d’œuvre. Les interrogations sont nombreuses en ce qui concerne la crise économique qui suivra la crise sanitaire. Aujourd’hui, il est impossible de savoir quelle incidence elle aura sur le comportement d’achat du consommateur. Par ailleurs, les conséquences du Brexit engendrent aussi des incertitudes. Quant à la progression de la demande sur le bio, on se demande si elle sera aussi rapide que la progression de l’offre.

Malgré ces incertitudes, la campagne de pommes cette année démarre sur de bonnes bases et c’est une belle saison de poires qui s’annonce dans un contexte où l’intérêt pour ce fruit s’accroît depuis quelques années. 

Pour plus d’informations :
Sandrine Gaborieau
Association Nationale Pommes Poires (ANPP)
Tél. : +33 (0) 5 62 72 44 49
s.gaborieau@pommespoires.fr   
contact@lapomme.org     
www.lapomme.org