Les secteurs horticoles africains durement touchés par le COVID-19

Le secteur de l'horticulture au Ghana, en Côte d'Ivoire et au Rwanda a été fortement touché par les mesures prises pour prévenir la propagation du coronavirus. Les revenus ont chuté en raison de l'arrêt des exportations. Le principal problème est désormais le manque de financement pour investir dans les saisons à venir. La crise pourrait toutefois déclencher des changements positifs dans le secteur. C'est ce qui ressort des évaluations sectorielles de l'Université de Wageningue (Wageningen University & Research).

Le secteur fruitier orienté vers l'exportation en Côte d'Ivoire et le secteur horticole au Ghana sont d'une importance considérable pour l'économie de ces pays. Au Rwanda, le secteur de l'horticulture a un réel potentiel de croissance et beaucoup d'ambitions. Pourtant, dans ces trois pays, la crise du COVID-19 a eu un impact conséquent sur le secteur.

Des évaluations rapides pour l'action
Des évaluations rapides ont été récemment menées par le Center for Development Innovation de l'Université de Wageningue (WCDI), en coopération avec des acteurs du secteur de l'horticulture au Ghana, en Côte d'Ivoire et au Rwanda. Les évaluations suivent une méthodologie approfondie, dans laquelle des experts du secteur participent à une enquête, suivie de discussions plus approfondies. Les évaluations identifient les défis actuels et les actions urgentes dans le secteur de l'horticulture au Rwanda, au Ghana et en Côte d'Ivoire. La principale recommandation de ces évaluations rapides - telle que formulée par les principaux acteurs du secteur - est l'amélioration de l'accès au financement à la suite de la crise, pour éviter une aggravation de la situation.

Menaces sur les futures saisons de production
Au Ghana, les restrictions à la mobilité ont entraîné une baisse des exportations de fruits et légumes, parallèlement à une réduction de la demande sur les marchés tels que les écoles et les hôtels. Les revenus des agriculteurs et des petits exploitants ont fortement diminué, menaçant les moyens de subsistance et affaiblissant la résistance aux chocs futurs. En raison d'une baisse des revenus, combinée à un manque général d'accès au financement, les agriculteurs sont gênés dans l'achat d'intrants pour les prochaines saisons de culture. Irene Koomen, conseillère principale en agriculture adaptée au WCDI : « Les points faibles du système alimentaire qui existaient déjà, comme le manque d'alignement du secteur, deviennent plus visibles et problématiques maintenant, en raison de la crise sanitaire ».

La Côte d'Ivoire a également été durement touchée et est confrontée à des problèmes similaires à ceux du Ghana. La fermeture des principaux marchés français au plus fort de la pandémie de COVID-19 a stoppé l'exportation de mangues et d'autres fruits. Il en est résulté une diminution des revenus des ménages et du capital d'exploitation, ce qui a menacé les moyens de subsistance. Comme au Ghana, le manque de revenus et le pouvoir d'achat limité des intrants pourraient bien menacer les prochaines saisons de production.

Une coopération accrue peut apporter des changements positifs
La baisse des revenus et les fonds limités à investir dans les saisons à venir sont également un problème au Rwanda. Le fret aérien a cessé en raison de la crise et les produits n'ont pas pu être exportés. Les marchés locaux se sont effondrés. Edwin van der Maden, conseiller et chef de projet en horticulture au WCDI : « L'horticulture est une activité risquée pour de nombreux agriculteurs car les revenus fluctuent. Cette situation est aggravée par la crise du COVID-19. Plusieurs producteurs pourraient envisager de se tourner vers des cultures moins risquées dès maintenant ».

Cependant, la crise apporte également des opportunités. Van der Maden : « Le gouvernement rwandais veut promouvoir l'horticulture. Il était déjà prévu de créer un institut gouvernemental dédié au développement et à la coordination de l'horticulture. La situation actuelle prouve la nécessité d'un tel institut et pourrait accélérer les choses. Produire des semences de légumes au Rwanda au lieu de dépendre de l'importation de semences a également été mentionné comme une stratégie pour être plus résistant aux futures perturbations et chocs du secteur ».

Au Ghana, il faut davantage de coopération et d'alignement dans ce secteur également, explique Irene Koomen. « De nombreuses personnes dans le secteur plaident pour une autorité de développement de l'horticulture. Ce pourrait être le moment d'accélérer le développement d'un tel organisme ».



Source : Wageningen University and Research

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)