Domingo Llamas, président d'Hoyamar :

« Bonne transition de la laitue du nord de l'Europe à la laitue espagnole »

Les exportations de laitues espagnoles augmentent car les productions d'Europe centrale et du Nord ont commencé à diminuer en raison de l'arrivée du froid. Le brocoli commence également à être exporté, même s'il faudra environ deux semaines aux grandes chaînes de distribution pour passer à la production du sud de l'Europe.

« Nous exportons de la laitue vers l'Europe depuis environ trois semaines, bien que nous travaillions désormais avec des volumes plus réguliers. Pour l'instant, nous sommes à 75 % de notre capacité en termes de volume, mais dans deux semaines, nous travaillerons à pleine capacité », déclare Domingo Llamas, président du groupe murcien Hoyamar.

Pour l'instant, l'entreprise travaille avec des laitues iceberg, romaines et sucrines, ainsi qu'avec des brocolis biologiques, mais dans une quinzaine de jours, elle aura également d'autres spécialités de laitues, comme la laitue rouge, la frisée ou la feuille de chêne et, fin novembre, la commercialisation des premiers choux commencera.

« Les opérateurs d'Europe du Nord commencent à manquer de salades de producteurs locaux, les ventes se font donc sans heurts et une bonne transition est en cours vers la production espagnole. Les prix de la laitue sont bons, tandis que le brocoli est à peine rentable. Nous ne commercialisons le brocoli que depuis quatre jours et l'Europe du Nord aura encore une production pendant au moins deux semaines, au cours desquelles nous pensons que le changement aura lieu et que les prix s'amélioreront », déclare Domingo Llamas. Outre les pays européens, l'entreprise exporte également vers le Canada et le Moyen-Orient.

Alors que la saison dernière a été très dure en raison de précipitations excessives, cette année, l'incertitude dans le secteur est due aux changements fréquents et imprévisibles des mesures adoptées pour arrêter la propagation de la pandémie de COVID-19.

« La vérité est qu'en ce moment nous pourrions avoir besoin d'un peu de pluie, bien que ce qui nous inquiète le plus soit l'impact possible de la pandémie dans notre travail quotidien et dans les exportations vers chaque pays, qui dépendra des réglementations adoptées pour arrêter le virus. Celles-ci ont un impact sur les transports, la mobilité dans les entrepôts et dans les champs, la restauration et le commerce de gros, etc. Il y a des rumeurs selon lesquelles il pourrait même y avoir des fermetures de supermarchés certains jours dans certains pays d'Europe de l'Est », déclare le représentant d'Hoyamar.


Pour plus d'informations :
Domingo Llamas Fernández
Hoyamar S.Coop
Tél. : +34968481919
Cell. :  +34619052595
domingo@grupohoyamar.es
www.grupohoyamar.es


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)