Le concombre s'échangeait à 0,16 € en moyenne et la tomate à 0,14 €

Destruction de légumes à Almería en raison d'une chute des prix la semaine dernière

Une année s'est presque écoulée depuis les grandes manifestations du secteur agricole à Almería, au cours desquelles les acteurs demandaient des solutions à la crise structurelle et des prix de récoltes dépassant les coûts de production. La situation ne semble toutefois pas avoir été résolue. Après un bon début de saison, le prix des légumes a de nouveau chuté.

Face à cette situation de baisse constante des prix, l'Association des organisations de producteurs de fruits et légumes COEXPHAL-APROA s'est réunie d'urgence pour analyser la situation. Lors de cette réunion, les volumes et les prix actuels ont été communiqués, avec des comparaisons avec d'autres années et d'autres origines. Les concombres se vendent en moyenne 0,16 € le kilo. En fait, en trois jours seulement, le prix a chuté de 48 %. Quant aux courgettes, le prix a chuté de 31 % et se situe désormais en dessous de 0,30 € le kilo. Depuis le début du mois, le prix a chuté de 46 % et il est 57 % plus bas que l'année dernière. Les aubergines sont un autre des produits les plus touchés. Depuis le début de la semaine, son prix a chuté de 35 % et elle est maintenant vendue à moins de 0,30 €, soit 19 % de moins que l'année dernière. Le prix des tomates nature s'élève à environ 0,14 € par kilo, en moyenne.

La situation, loin de s'améliorer, devrait s'aggraver dans les prochains jours en raison de conditions météorologiques très favorables et de l'accélération de la production. En outre, selon cette association, les produits néerlandais sont toujours disponibles, puisque leur campagne a été prolongée, et il y a un manque de contrôle sur l'entrée des produits en provenance de pays tiers, ainsi que d'autres facteurs aggravants.

En conséquence de tout cela, COEXPHAL-APROA a appelé les médias pour une conférence de presse, annonçant également un retrait du marché des concombres et autres produits horticoles de ses associés.

« Nous recommandons à tous nos associés de retirer 5 à 10 % de leurs produits de qualité commerciale afin de réduire l'offre actuelle », a déclaré Juan Antonio González, président de COEXPHAL et dirigeant de la coopérative Vicasol.

L'association demande aux administrations d'assurer « la protection des produits européens à base de fruits et légumes contre l'entrée incontrôlée de produits en provenance de pays tiers en net désavantage concurrentiel, ainsi que la condamnation des pratiques illégales, telles que le réétiquetage frauduleux des produits en provenance de pays tiers ». Ils demandent également les noms des entreprises dénoncées pour ces pratiques afin de les expulser de l'association.

Ils pointent également du doigt « l'actuelle loi sur la chaîne, loin d'améliorer la situation, car elle ne répond en fait pas à l'objectif premier qu'elle devrait avoir : protéger le maillon le plus faible de la chaîne : les producteurs et leurs entreprises de production et de commercialisation ».

Les réactions sur les réseaux sociaux n'ont pas tardé à arriver. Certains, par exemple, ont rapporté la commercialisation de concombres néerlandais dans un magasin Carrefour de Grenade à 1,98 euro le kilo le 14 novembre.

Malgré une réforme de la loi sur la chaîne alimentaire en février dernier, les organisations agricoles soulignent que les coûts de production de référence, qui permettraient d'établir les prix à la production, n'ont pas encore été fixés.


Pour plus d'informations :
COEXPHAL
Ctra. de Ronda 11.
14004 Almería, Espagne.
Tél. : +34 950 62 11 62
www.coexphal.es


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)