Marian Masegosa, de Cebollas Masegosa :

« Les oignons sont vendus à un prix inférieur à celui auquel ils ont été achetés »

Le déclin de la production d'oignons en Castille-La Manche, dû aux mauvaises conditions climatiques pendant la phase de culture, a fait grimper en flèche les prix des oignons espagnols dans un premier temps. L'impact de la pandémie s'est traduit par des fluctuations considérables tout au long de cette saison, qui a démarré fin juillet.

« La campagne a commencé avec des prix bas, entre 6 et 8 centimes par kilo, et en trois semaines seulement, ils ont triplé. J'ai vu des transactions se conclure à 28 cents sur le terrain », déclare Marian Masegosa, PDG de l'entreprise Cebollas Masegosa, basée à La Manche. « Ces prix ont favorisé la spéculation et les entrepôts étaient remplis d'oignons par crainte d'une pénurie de produits. Mais la nouvelle fermeture du canal HoReCa au niveau européen a fait chuter la demande et les prix de vente en dessous de ceux pour lesquels ils ont été achetés ».

Cebollas Masegosa est une entreprise familiale basée dans la municipalité de Bolaños de Calatrava, Ciudad Real, qui se consacre principalement à la commercialisation des oignons. « L'entreprise a été fondée par mes parents, qui travaillaient dans l'approvisionnement de multiples fruits et légumes, en particulier pour les magasins et les épiceries fines, dans toute la province de Ciudad Real. Cette activité est devenue très difficile ces dernières années, car les chaînes de supermarchés ont gagné la bataille contre les petits distributeurs. Lorsque mes parents ont pris leur retraite et que j'ai pris les rênes de l'entreprise, j'ai décidé de ralentir la commercialisation dans ce domaine et d'internationaliser la société », explique Marian.

« Au départ, nous avons commencé à exporter des melons et des pastèques de la région vers l'Europe. Suite à cette expérience, nous avons passé les deux dernières années à nous spécialiser dans la commercialisation des oignons. La première année, nous avons commercialisé environ 3 millions de kilos, et cette année nous avons déjà atteint 15 millions, malgré les difficultés du marché ».

« Nous nous différencions en nous concentrant sur des marchés lointains et difficiles »
La différenciation est essentielle dans un secteur où il existe un grand nombre d'acteurs. « L'Europe est un marché plutôt encombré, aux États-Unis, les droits de douane sont élevés, l'Inde a une production intérieure importante. Pendant ce temps, l'Afrique du Sud exporte vers l'Europe, et les Pays-Bas ont des prix qui ne nous permettent pas d'être très compétitifs », explique Marian.

« Donc, en plus d'être ouverts à travailler avec des supermarchés et des chaînes de distribution, et d'exporter vers des marchés proches, comme la France, les Pays-Bas, le Portugal, les îles Canaries ou l'Afrique du Nord, lorsque ceux-ci n'ont pas de production, nous avons choisi d'expédier vers des destinations lointaines qui présentent de plus grandes difficultés logistiques et bureaucratiques, mais aussi de plus grandes opportunités ; des destinations comme le Panama, la Malaisie ou des pays du Moyen-Orient, comme les Émirats arabes unis ou le Koweït. En fait, en cette deuxième année de commercialisation des oignons, 90 % de nos expéditions ont été effectuées par voie maritime. Il faut penser et faire les choses différemment ».

Des oignons espagnols toute l'année
L'entreprise commercialise des oignons provenant des régions de Castille-La Manche et d'Andalousie, avec lesquels elle parvient à fournir un produit national pendant la majeure partie de l'année. Les oignons de La Manche sont disponibles jusqu'en février. Ensuite, de février à mai, nous continuons à stocker les oignons, que nous conservons dans nos propres installations frigorifiques de 1 000 m². En mai, la production d'oignons primeurs andalous arrive, et ceux-ci sont disponibles jusqu'à la mi-juillet, lorsque la production de Castille-La Manche revient », explique Marian Masegosa.

« Nous travaillons avec des oignons Grano, qui ont une longue durée de conservation et permettent de longs transits allant jusqu'à 30 jours. Nous vendons également des oignons rouges, dont la consommation ne cesse de croître, et des oignons blancs, qui sont très demandés aux Émirats arabes unis. Nous vendons également de petits volumes d'oignons doux. Nous avons des partenaires espagnols qui les produisent, bien que nous ayons recours à l'importation du Pérou pour pouvoir honorer nos commandes ».

Contrairement aux oignons produits par d'autres pays, comme la France ou les Pays-Bas, ceux provenant d'Espagne sont plus gros ; une taille qui est très demandée tant par la filière HoReCa que par l'industrie de transformation. « La plus grande épaisseur des oignons espagnols signifie que leur transformation implique moins de travail et de rejets et, par conséquent, des coûts moins élevés », explique Marian. « Avec un seul oignon espagnol, vous pouvez faire la même chose qu'avec deux oignons néerlandais », souligne-t-elle.

Pour plus d'informations :
Marian Masegosa
Cebollas Masegosa 
Cell. : +34 628350761 
export-import@masegosafrutas.com  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)