« Ce qui a commencé par des protestations locales menées par des agriculteurs du Pendjab s'est transformé en mouvement national »

« Des dizaines de milliers d'agriculteurs envahissent la capitale indienne »

En Inde, les agriculteurs sont en pleine effervescence : l'organisation planifiée des producteurs en coopératives, les protestations en cours et le confinement imminent. Jaswinder Singh Bhamra, PDG de la société d'importation RhineLink GmbH, basée à Hambourg, commente la situation : « Partout dans le monde, les agriculteurs perdent le pouvoir sur leurs produits, les protestations en Inde ont pris une dynamique différente de ce que l'on attendait ».

Le gouvernement indien veut organiser les producteurs en coopératives, chargées de commercialiser les produits, ce qui aurait pour effet de retirer le pouvoir de marché aux producteurs au profit des entreprises.

La BBC écrit : « Prises ensemble, les réformes vont assouplir les règles concernant la vente, la fixation des prix et le stockage des produits agricoles - des règles qui ont protégé les agriculteurs indiens du marché libre pendant des décennies. Elles permettent également aux acheteurs privés de stocker des produits essentiels pour les ventes futures, ce que seuls les agents agréés par le gouvernement pouvaient faire ; et elles définissent les règles de l'agriculture contractuelle, où les agriculteurs adaptent leur production à la demande d'un acheteur spécifique.

L'un des principaux changements est que les agriculteurs seront autorisés à vendre leurs produits au prix du marché directement à des acteurs privés - entreprises agricoles, chaînes de supermarchés et épiceries en ligne. La plupart des agriculteurs indiens vendent actuellement la majorité de leurs produits sur des marchés de gros contrôlés par le gouvernement ou des « mandis » à des prix plancher garantis.

Ces marchés sont gérés par des comités composés d'agriculteurs, souvent de grands propriétaires terriens, et de négociants ou de « commissionnaires » qui font office d'intermédiaires pour le courtage des ventes, l'organisation du stockage et du transport, voire le financement des transactions. Il s'agit d'un système complexe qui s'appuie sur des réglementations et une multitude de relations personnelles et commerciales. Les réformes, du moins sur le papier, donnent aux agriculteurs la possibilité de vendre en dehors de ce système appelé « mandi » ».

La crainte des agriculteurs est que les entreprises offrent des prix équitables pour le moment, mais une fois que le système de mandi aura été éliminé, il n'y ait plus d'option de secours. L'inquiétude est le manque d'influence des agriculteurs sur les grandes entreprises. « C'est signer l'arrêt de mort pour les petits agriculteurs marginalisés. Le but est de les détruire en cédant l'agriculture et le marché aux grandes entreprises. Ils veulent s'emparer de nos terres. Mais nous ne les laisserons pas faire », a déclaré un agriculteur, Sukhdev Singh Kokri, à la BBC Punjabi.

« Les producteurs ne veulent pas céder leur liberté par crainte de souffrir du nouveau système qui déséquilibrera les modes de commerce établis ».

Situation actuelle
« Ce qui a commencé par des manifestations locales menées par des agriculteurs du Pendjab s'est transformé en un mouvement national. Les agriculteurs sont arrivés des quatre coins du pays et ont maintenant encerclé New Delhi, toujours dirigée par des agriculteurs du Pendjab. De nombreux politiciens et ministres syndicaux font partie des dizaines de milliers d'agriculteurs venus à la capitale pour exprimer leur désapprobation. Toutes les autoroutes principales menant à New Delhi ont été rapidement bloquées dans certains cas, avec jusqu'à 45 km de tracteurs et de véhicules bloquant les routes de toutes les directions. Les manifestants affirment qu'ils ne rentreront pas chez eux tant que ces projets de loi n'auront pas été retirés ».

Le gouvernement a réagi à son tour : « Les manifestants pacifiques ont été attaqués au gaz lacrymogène, aux canons à eau, et ont été battus à coups de bâton. Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, le premier ministre canadien Justin Trudeau et quelque 36 députés britanniques ont condamné ces actes de violence contre les manifestants pacifiques. Après tout, l'Inde est la plus grande démocratie du monde ».

Le pays a été à l'arrêt le 8 décembre 2020, alors que toutes les activités sont appelées à s'arrêter pour mettre en évidence le sentiment des agriculteurs. « Il est prévu que 31 membres des différents syndicats d'agriculteurs et du gouvernement se rencontrent et discutent de la question aujourd'hui. Les manifestants sont prêts à rester dans les rues de la capitale, quel que soit le temps qu'il faudra au gouvernement pour révoquer ces projets de loi ».

L'Inde n'est pas le seul pays concerné par des protestations
Jaswinder voit des problèmes similaires, même sur le marché allemand : « Les agriculteurs souffrent de la domination du marché par les grandes chaînes de vente au détail, qui les roulent tellement qu'ils ont du mal à survivre. Ces agriculteurs travaillent dur pour nourrir le pays et n'en tirent rien. Les supermarchés contrôlent les prix au mépris des producteurs ». Alors qu'il y a eu quelques protestations en Allemagne et dans d'autres pays voisins, c'est un nouveau mouvement en Inde.

En ce qui concerne l'importation de produits en provenance d'Inde, les mesures de confinement rendent la situation encore plus difficile. « Les consommateurs sont déjà plus enclins à acheter des produits de base pour la cuisine, comme les pommes de terre, plutôt que des fruits exotiques pendant la pandémie. Les taux de fret ont considérablement augmenté, ce qui rend la vente de fruits exotiques plus compliquée ».

Jusqu'à présent, les mesures de confinement n'ont pas aggravé la situation : « Si les fermetures dans les exploitations agricoles et même dans la logistique se poursuivent, ou si les nouvelles règles gouvernementales sont adoptées, le secteur sera durement touché, en Inde et dans les pays qui importent des produits indiens ».

Pour plus d'informations :
Jaswinder Singh Bhamra
RhineLink GmbH
Sperbertwiete 12a
D-22175 Hambourg
Allemagne
Tél. : +49 (0)40 38 90 29 22
info@rhinelink.com 
www.rhinelink.com  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)