Víctor Martínez, d'Amefruits, Alicante, Espagne :

« Nous supportons assez bien la pression sur le prix des citrons »

Les producteurs de citrons sont actuellement confrontés à une situation de marché difficile dans un contexte marqué par la baisse de la demande du secteur hôtelier, qui en Europe fonctionne à capacité réduite en raison des restrictions adoptées pour ralentir la propagation de la pandémie.

« Je définirais la campagne comme atypique, avec une situation difficile tant à l'origine qu'à la destination et une demande lente en raison de l'impact du COVID-19. Les ventes dans le canal HoReCa sont très limitées et, bien que le canal de détail absorbe quelque chose, cela ne suffit pas à compenser la baisse des ventes dans le secteur de l'hôtellerie. En fait, nous observons une baisse de la demande des chaînes de supermarchés, peut-être due à l'impact de la crise sanitaire sur l'économie », déclare Víctor Martínez, chef de produit du producteur et exportateur Amefruits, basé à Alicante.

« Quant à la récolte, elle est bonne en termes de volume et de qualité. Récemment, nous avons constaté une baisse des températures à l'origine, dont bénéficie les citrons, et nous espérons qu'avec la baisse des températures à destination, les ventes augmenteront un peu plus ».

Mais l'incertitude règne dans un scénario devenu imprévisible. « Il existe une certaine pression due à la possibilité d'une offre excédentaire combinée à une demande plus faible. La campagne ne fait que commencer, nous n'avons donc pas encore d'excédent. Nous avons encore une campagne à mener et nous supportons assez bien la pression, en attendant un rebond de la demande, qui se produit généralement vers Noël. Peut-être qu'en janvier, le scénario sera différent, selon l'évolution de la campagne à ce moment-là ; mais nous voulons rester optimistes avant la campagne de Noël. Nous n'avons pas trop de citrons, les tailles ne sont pas trop grandes et la qualité est optimale ».

La Turquie gagne du terrain à l'Est
La situation exceptionnelle actuelle causée par l'épidémie de coronavirus n'est pas le seul défi pour les citrons espagnols. La Turquie a connu une croissance remarquable sur le marché de l'exportation et est devenue un fournisseur important de citrons en Europe de l'Est et dans les destinations les plus lointaines.

« La concurrence de la Turquie est perceptible depuis plusieurs saisons. La plupart des exportateurs de citrons espagnols se concentrent sur les marchés proches de notre environnement d'Europe centrale : Suisse, Italie, France, Allemagne, etc. Nous commençons maintenant par les envois longue distance, lorsque le froid arrive, et c'est là que nous remarquons la concurrence des citrons turcs, surtout dans leur zone d'influence, qui est principalement la Bulgarie, la Roumanie, la Pologne, la Lettonie ou l'Estonie. Depuis plusieurs saisons, il est très difficile de concurrencer la Turquie dans cet environnement car la dévaluation de la livre turque rend son produit plus compétitif. Heureusement, nous ne voyons pas de grande concurrence de la part des citrons turcs en Europe centrale, sauf aux Pays-Bas, qui reçoivent des produits du monde entier, notamment du Maroc, de l'Égypte, de la Turquie et de l'Espagne ».

« De plus, nous n'avons pas encore commencé la campagne d'exportation vers le Canada et le commerce avec les États-Unis est plus limité en raison des droits de douane plus élevés. Les exportations ont été réduites depuis leur entrée en vigueur », explique Víctor Martínez.

Des volumes plus élevés cette année
Comme ce fut le cas pour d'autres agrumes, les volumes devraient augmenter dans la campagne 2020/21. Selon l'AILIMPO, l'augmentation est estimée à 8 %. « Une récolte plus importante est attendue, surtout pour les variétés les plus précoces, pour les Primofioris en début de saison. La perspective est que d'ici le milieu et la fin de la saison, la récolte sera légèrement inférieure à celle de l'année dernière. Je ne pense toutefois pas que nous aurons une croissance cette année. Notre principal objectif dans le contexte actuel est de maintenir le niveau de l'année dernière en termes de ventes de produits frais, c'est-à-dire environ 5 000 tonnes ».

L'entreprise espère allouer le moins possible de sa production à l'industrie de transformation. « Ce n'est pas exactement l'endroit pour gagner de l'argent. Les ventes à l'industrie ne couvrent même pas les coûts de production. C'est un dernier recours. Nous visons un marketing frais, et nous continuons à parier sur la qualité dans cette situation marquée le COVID et sur notre marque Citric Love, une marque plus exclusive pour des clients plus exigeants ».

Pour plus d'informations :
Víctor Martínez
Amefruits
Pol Ind Apatel - C/ Joaquín Moya Martínez, N.º 57 
03380 Bigastro, Alicante. Espagne 
Tél. : +34 966 740 393  
Tél. : +34 635 799 807  
citrus@amefruits.com
www.amefruits.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)