Krist Hamerlinck, Eco Veg, Belgique

« Une bonne saison de légumes de serre biologiques qui se termine difficilement »

« Les légumes biologiques de serre ont connu une bonne année, mais nous avons terminé la saison sur une note assez difficile. Depuis quelques années, nos clients détaillants se tournent plus tôt vers les produits espagnols. Il y a une dizaine d'années, nous pouvions livrer jusqu'à la fin de la saison, à la semaine 49 », explique Krist Hamerlinck, d'Eco Veg en Belgique.

« Cette année, un de nos clients a déjà changé de fournisseur à la semaine 42, six semaines avant la fin de la récolte. Vous pourriez commencer à approvisionner de nouveaux marchés à ce moment-là. Mais il faudrait alors baisser les prix de manière significative. Et même dans ce cas, vous ne vendriez certainement rien. C'est surtout parce que l'Espagne peut de plus en plus livrer un bon produit plus tôt dans la saison. Et cette année, c'était aussi à un prix très bas ».

« La production biologique en Espagne a connu une augmentation à deux chiffres. Mais, au cours des trois dernières années, on a constaté un déclin au Benelux. Il se peut aussi qu'elle ne s'améliore pas. Nous prévoyons de nous débarrasser d'une parcelle louée. Si les prix sont si bas que le moindre revers vous affecte, il vaut mieux arrêter. Dans notre cas, ce sont les nématodes les coupables, surtout dans la culture des tomates. Ce n'est pas un problème pour les aubergines et les poivrons que nous cultivons. Et nous avons plusieurs récoltes de concombres par an ».

Malgré la fin de saison difficile, Eco Veg a eu une saison plutôt raisonnable. « Depuis l'épidémie de coronavirus, nous nous en sortons bien. Nous avons vendu plus que l'année dernière. Mais cela se produit depuis des années. Bien que les prix de cette année aient été bons, ils n'étaient pas au top. Il est frappant de constater que cette année, les produits conditionnés, comme les concombres, se sont bien vendus. Selon nos clients détaillants, tout ce qui est emballé se vend mieux, c'est lié à l'hygiène et au virus. Pourtant, il n'a jamais été prouvé que le COVID-19 puisse être transmis par les aliments », explique Krist.

Grande année pour les aubergines
Contrairement à l'année dernière, la canicule de cette année n'a eu que peu d'effet sur la production. « Nos poivrons et nos aubergines ont en fait très bien poussé, grâce à un bon printemps. Nous avons eu beaucoup de lumière depuis le mois de mars. Cela nous a permis d'obtenir des productions de premier ordre. Jamais auparavant nous n'avions cultivé autant d'aubergines. Malgré les niveaux de production élevés, tous les produits se sont bien vendus ».

2021
Les activités d'Eco Veg sont actuellement « en hibernation ». Mais l'entreprise ne s'arrête jamais. « Pour 2021, 80 % de nos produits ont déjà été vendus à l'avance. Presque toutes nos tomates ont été vendues. Cela est dû à la plus petite superficie de ce produit. Les prix quotidiens étaient élevés cette année. Mais, il était toujours difficile d'augmenter les prix du programme de la saison 2021. Un de nos clients détaillants, belge, a même demandé des prix plus bas. Heureusement, nous avons de larges possibilités de vente ».

« Ainsi, nous avons pu satisfaire d'autres clients. Mais cela laisse toujours un mauvais amer en bouche quand nous devons envoyer des produits belges en Scandinavie, alors que nous devons acheter des produits pour des clients belges à l'étranger. Il y a plus d'embouteillages et plus d'émissions de CO2, alors que nos produits ne sont peut-être pas aussi bon marché que les produits espagnols, mais ils sont plus frais », conclut Krist.

Pour plus d'informations :
Krist Hamerlinck
Eco Veg
5a Stoepe Street
9960, Assenede, Belgique
Tél. : +32 (0) 486 166 606
info@ecoveg.be
www.ecoveg.be


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)