La FAO proclame 2021, Année internationale des fruits et légumes

Le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Qu Dongyu, a proclamé aujourd'hui 2021 Année internationale des fruits et légumes (AIFV) avec un appel à améliorer la production alimentaire saine et durable par l'innovation et la technologie et à réduire les pertes et le gaspillage alimentaires.

Proclamée lors de la 74ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, l'AIFV 2021 est consacrée à la sensibilisation au rôle important des fruits et légumes dans la nutrition humaine, la sécurité alimentaire et la santé.

La FAO, l'agence chef de file pour la célébration de l'Année internationale en collaboration avec d'autres organismes des Nations Unies et organisations partenaires, a lancé l'AIFV par un événement virtuel international.

S'exprimant lors de l'événement, le directeur général de la FAO a décrit l'initiative comme « une occasion unique de sensibiliser le monde ». Il a noté que la pandémie de COVID-19 avait mis les gens au défi de trouver de nouveaux moyens de lutter contre la faim et la malnutrition et a déclaré que l'AIFV mettrait en évidence le rôle des technologies numériques dans l'amélioration de la nutrition et des débouchés commerciaux.

« Dans la crise sanitaire actuelle à laquelle nous sommes confrontés dans le monde entier, la promotion d'une alimentation saine pour renforcer notre système immunitaire est particulièrement appropriée ».

Tout en notant les défis à relever pour améliorer la production et les chaînes agroalimentaires, le directeur général de la FAO a encouragé les pays à considérer l'Année internationale comme une occasion d'améliorer les infrastructures, les pratiques agricoles et donc de soutenir les petits exploitants. Il a souligné que les fruits et légumes étaient un bon moyen pour les agriculteurs de créer des cultures de rente.

Dans son message, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a appelé à une « approche plus holistique » de la nutrition et de la durabilité, notant que le sommet sur les systèmes alimentaires de l'année prochaine serait également l'occasion de se pencher sur la fragilité des systèmes alimentaires.

Le Chili a joué le rôle principal dans le développement de l'AIFV et le ministre de l'agriculture du pays, Antonio Walker, a souligné que les nombreux défis de la promotion d'habitudes alimentaires saines nécessitaient une action coordonnée pour freiner la malnutrition.

Teresa Bellanova, ministre italienne des politiques agricoles, alimentaires et forestières, a déclaré que son pays était prêt à partager ses connaissances et son expérience en matière de production durable alors que le pays célébrait le 10e anniversaire de la reconnaissance par l'UNESCO du régime méditerranéen comme un trésor culturel.

Helena Leurent, directrice générale de Consumers International, qui représente 200 organisations de consommateurs dans le monde, a déclaré qu'il était essentiel que les consommateurs aient le droit à un marché équitable, sûr et durable et qu'ils soient activement impliqués dans la façon dont celui-ci sera façonné à l'avenir.

Les fruits et légumes sont de bonnes sources de fibres alimentaires, de vitamines et de minéraux et de substances phytochimiques bénéfiques. La FAO et l'Organisation mondiale de la santé recommandent que chaque adulte consomme au moins 400 grammes de fruits et légumes par jour pour prévenir les maladies chroniques, telles que le cancer, le diabète, les maladies cardiaques et l'obésité, ainsi que pour lutter contre les carences en micronutriments.

Avec la pandémie de COVID-19, la nécessité de transformer et de rééquilibrer la façon dont notre alimentation est produite et consommée n'a fait que s'accentuer.

Le directeur général de la FAO a noté que les pertes et le gaspillage de nourriture dans le secteur des fruits et légumes restaient un problème aux conséquences considérables et que « les technologies et les approches innovantes sont d'une importance capitale », puisqu'elles « peuvent contribuer à maintenir la sécurité et la qualité, à augmenter la durée de conservation des produits frais et à préserver leur haute valeur nutritionnelle ».

La réduction des pertes et des déchets alimentaires améliore la sécurité alimentaire et la nutrition, réduit les émissions de gaz à effet de serre, diminue la pression sur les ressources en eau et en terres et peut accroître la productivité et la croissance économique.

Jusqu'à 50 % des fruits et légumes produits dans les pays en développement sont perdus dans la chaîne d'approvisionnement entre la récolte et la consommation.

La défense des produits frais est conforme à l'objectif de renforcement du rôle des petits exploitants et des agriculteurs familiaux, et favorise l'élargissement des possibilités de marché pour des millions de familles rurales. Les possibilités d'égalité entre les sexes sont également à noter, car les femmes jouent souvent un rôle de premier plan pour leur ménage, tant dans la production que dans la consommation de fruits et légumes.

L'Année internationale des fruits et légumes 2021 s'inscrit dans le cadre de la Décennie d'action des Nations unies pour la nutrition (2016-2025) et de la Décennie des Nations unies pour l'agriculture familiale (FENU 2019-2028). Ces célébrations se renforcent mutuellement tout en offrant une plus grande visibilité aux petits producteurs et en sensibilisant à la sécurité alimentaire et à la nutrition.

La FAO a fêté la toute première célébration de la Journée internationale de sensibilisation aux pertes et au gaspillage alimentaires le 29 septembre 2020.


Source : Food and Agriculture Organization


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)