La mangue péruvienne cherche à diversifier ses marchés

Cesar Morocho Marchan, membre du National Mango Board (NMB) et actuel président de l'Association péruvienne des producteurs et exportateurs de mangues, a évoqué le travail effectué par le NMB, une entité fondamentale établie pour promouvoir la consommation de mangues aux États-Unis.

Morocho Marchan est un spécialiste de la production et de la commercialisation des mangues, avec une large expérience professionnelle. Il a dirigé l'Association des petits producteurs de mangues de l'Alto Piura (APROMALPI) entre 2005 et 2008, puis la Centrale des producteurs de bananes biologiques de Piura (CEPIBO), toutes deux sous label commerce équitable.


Cesar Morocho Marchan

Superficie et production au Pérou
« Selon les derniers recensements, le Pérou dispose de près de 34 000 hectares consacrés à la production de mangues. La Piura concentre 70 % de la production du pays, la Lambayeque 12 %, et la Casma 18 %. La plupart de nos mangues sont de la variété Kent. »

« Nous avons une croissance soutenue au niveau de la production. L'année dernière, 235 000 tonnes ont été vendues, soit un peu plus de 10 000 conteneurs. Cette année, nous avons eu quelques problèmes avec le temps et l'eau, mais je pense que nous allons produire entre 200 000 et 207 000 tonnes. »

« La propriété foncière est de 5 hectares, environ, donc si nous avons 34 000 hectares consacrés à cette production, on peut compter à peu près 6 800 producteurs. »

La Russie et le Moyen-Orient : des marchés très intéressants pour les mangues
Concernant l'internationalisation des mangues péruviennes, M. Morocho déclare : « Le marché du Moyen-Orient est très bon et intéressant, dans la mesure où nous pouvons arriver avec des fruits de qualité. Nous avons déjà travaillé avec le marché russe ; en fait, il y a déjà des exportations directes vers ce pays, mais nous considérons également Rotterdam comme le principal port d'entrée. Dans le cas de la Russie, il est nécessaire de renforcer beaucoup plus les relations commerciales, mais ce sont des marchés potentiels pour notre pays ».

Possibilités en Chine et au Japon
« Les marchés du Japon et de la Corée sont extrêmement exigeants en termes de qualité des fruits, mais il n'est pas impossible de travailler avec eux. A l'avenir, nous devrions avoir une stratégie commune par voie aérienne, et cela pourrait être une expérience intéressante. »

« Le marché chinois attend toujours les fruits pour le Nouvel An chinois, qui se situe généralement vers la dernière semaine de janvier et la première de février. C'est à ce moment que la production de Piura se termine et que le fruit a atteint un degré de maturité élevé. En outre, le temps de voyage dure plus de 35 jours, donc c'est trop dangereux. Mais nous devons travailler sur les marchés chinois pour augmenter la consommation de ce fruit avant le Nouvel An. »


Pour plus d'informations :
National Mango Board  
www.mango.org


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)