La pandémie de Covid en Allemagne, Autriche et en Suisse :

« Même les fêtes de Noël ne sauveront pas l'ambiance »

Le Coronavirus domine toujours l'Europe. De nombreux pays sont contraints de renforcer leurs mesures de confinement avec l'augmentation du nombre d'infections avant les fêtes de fin d'année. Dans le secteur des fruits et légumes, les opérateurs de la restauration et de leurs fournisseurs continuent d'être les plus touchés par ces mesures. Parallèlement à la mauvaise conjoncture économique, la frustration et la dépression au sein des populations se fait de plus en plus sentir.

« Les impacts se rapprochent de plus en plus »
Depuis mercredi, les magasins non essentiels en Allemagne sont de nouveau fermés. « Nous commençons à voir la panique autour de nous », note un acteur de l'industrie de la région du grand Berlin. « Tout le monde connaît maintenant une personne qui est tombée malade, et de plus en plus d'entreprises doivent fermer leurs portes ».

Beaucoup sont déjà dans l'ambiance de Noël mais il s'attend à un réveil brutal en janvier. « Les restrictions sont déjà plus strictes depuis plusieurs semaines, et je ne m'attends pas à un assouplissement avant février. Après presque quatre mois de ralentissement, je pense que c'est à ce moment-là que nous commencerons à ressentir les véritables effets économiques ».

Le virus et les contre-mesures rongent l'industrie, a-t-il déclaré, en soulignant trois facteurs principaux : « Le premier est le prix d'achat pour les négociants et les transformateurs : le coût plus élevé de la récolte et du fret rend les produits plus chers et la production ne peut être maintenue. Un deuxième facteur est la logistique : si les niveaux d'approvisionnement ne peuvent être maintenus, les opérations et les fournitures en souffriront. Ensuite, il y a le personnel, qui est particulièrement vulnérable aux contraintes de ces derniers mois, notamment en ce qui concerne la restauration et l'approvisionnement des restaurants. Nombreux sont ceux qui se comportent de la manière suivante : « Je préfère trouver quelque chose de nouveau maintenant plutôt que d'attendre que l'entreprise fasse faillite et que tout le monde cherche un nouvel emploi ».

La situation des producteurs s'aggrave
L'ambiance est similaire dans une société commerciale du nord de l'Allemagne. Même si la majorité des ventes se fait par l'intermédiaire de détaillants alimentaires et que les pertes sont moindres, il y a une frustration des employés. « Nous devons essayer de nous motiver chaque jour. Au printemps, la fermeture était plus facile pour beaucoup ».

Toute compréhension de la situation de la part du secteur de la distribution alimentaire appartient désormais au passé. « En raison de la crainte de pertes économiques importantes, les acheteurs du commerce de détail alimentaire semblent de nouveau se concentrer uniquement sur l'argent. Ce qui aggrave encore la situation pour les producteurs ».

La grande frénésie d'achat qui précède Noël sera probablement absente cette année aussi : « Les consommateurs manquent d'enthousiasme. »

Un nouveau blocage en Suisse
Les Suisses sont également confrontés à un nouveau confinement. « L'ambiance est tendue et parfois déroutante, car chaque canton a défini des règles différentes. Jusqu'à présent, le deuxième confinement a été levé, mais des hôpitaux remplis et le manque de personnel hospitalier provoqueront probablement un revirement ». Vendredi, il a été décidé de restreindre davantage à partir de demain. La fermeture devrait prendre fin vers le 21 janvier.

Comme en Allemagne et dans d'autres pays, les restaurants ont dû fermer dans tout le pays. Seuls les plats à emporter, les services de livraison, la restauration pour les clients de l'hôtel et les cantines restent autorisés. D'un point de vue économique, le principal sujet de discussion est le manque de tourisme d'hiver.

« Je ne crois pas à la réouverture de l'industrie hôtelière en janvier »
Le commerce autrichien des fruits et légumes présente les mêmes tendances que le reste de l'Europe : « Les gagnants sont les détaillants alimentaires et leurs fournisseurs, les perdants sont les grossistes, les fournisseurs de services de restauration et les restaurateurs. »

« À mesure que la pandémie progresse, les gens sont de plus en plus fatigués, les restrictions s'imposent à tous et il y a un mécontentement quant à la gestion de la crise par le gouvernement », poursuit le rapport. Entre-temps, les craintes d'un troisième confinement se sont également concrétisées. « Le canal HoReCa est censé rouvrir le 11 janvier - je ne crois pas qu'il le fera ».


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)