Fernando Durà, de Copal :

« Nous pensons que les agrumes pigmentés pourraient être la clé pour se différencier »

La campagne d'oranges pigmentées est sur le point de commencer dans la province espagnole de Valence. Cette année, elle commencera avec beaucoup d'avance en raison des températures douces enregistrées cet automne.

« Les fruits sont à un stade de développement assez avancé en raison de l'absence de froid en automne, mais ces derniers jours, il y a eu un bon contraste de températures entre le jour et la nuit qui a permis aux fruits d'acquérir la couleur rougeâtre nécessaire, de sorte qu'il sera possible de les récolter en quelques jours. Normalement, nous commençons à récolter la variété Sanguinelli à partir du 10 ou du 15 janvier, mais cette année nous commencerons à la commercialiser deux semaines plus tôt », déclare Fernando Durà, du conseil d'administration de la coopérative Copal, d'Algemesí, Valence.

Dans le cadre de son nouveau projet, et cherchant à se différencier, cette coopérative valencienne a choisi de promouvoir la production de nouvelles variétés dans le segment des agrumes pigmentés, comme les oranges et éventuellement les mandarines, et d'introduire également le pomelo, avec lequel elle cherche à augmenter la rentabilité de ses membres, car il semble y avoir une part de marché intéressante avec une demande qui reste à couvrir.

« Dans cette coopérative, nous avons toujours misé fortement sur l'orange Sanguinelli pigmentée, dont nous produisons de grandes quantités par rapport à d'autres régions et entreprises productrices. Cette variété a besoin de conditions climatiques très spécifiques et la zone sud-est de la province de Valence est tout à fait appropriée ».

« Récemment, de bons résultats ont également été obtenus dans l'adaptation à ces zones d'autres variétés pigmentées, telles que la Tarocco et la Moro, dans lesquelles nos producteurs partenaires parient. Actuellement, nous évaluons le comportement des variétés Hipólito, Rosso et Moro de Catane dans nos champs expérimentaux. De plus, nous attendons les résultats obtenus par une variété de mandarine pigmentée dans un test effectué par l'Institut valencien de recherche agraire (IVIA) ».

Pour Copal, il est très important que les variétés pigmentées aient une couleur rougeâtre à la fois dans la pulpe et la peau. « Il existe des variétés comme la Cara Cara qui ne présentent une pigmentation que de l'intérieur. Nous pensons que la couleur interne et externe des oranges pigmentées leur permet de se distinguer, en leur donnant une valeur ajoutée intéressante qui les rend rentables pour les producteurs, surtout pour les plus petits qui ne peuvent pas se permettre d'investir dans des variétés sous licence. »

Les oranges pigmentées seront récoltées dans quelques jours et seront commercialisées jusqu'à la mi-février environ. « Le volume n'est pas très élevé, comparé à celui des oranges conventionnelles, de sorte qu'elles sont récoltées relativement rapidement. Cependant, si nos partenaires continuent de planter de telles variétés, nous pourrons prolonger la campagne d'environ deux mois », explique Fernando Durà.

Les oranges pigmentées de cette coopérative valencienne sont principalement destinées aux marchés de gros pour leur distribution par le biais de magasins spécialisés et d'épiceries fines, tant sur le marché intérieur que pour l'exportation. Les fruits sont expédiés vers des pays comme l'Allemagne, la France et la Suisse et, dans une moindre mesure, vers l'Italie, qui est le plus grand concurrent, bien que peut-être aussi le plus grand consommateur.

Bien que les kakis, les grenades et les fruits à noyau soient également cultivés, les mandarines, les clémentines et les oranges sont les produits les plus importants pour Copal. Dans le cadre de cette campagne, la coopérative prévoit de vendre entre 42 et 45 millions de kilos, ce qui représente une augmentation en termes de volume par rapport à l'année dernière.

« Cette année, nous nous attendions à une très bonne saison d'agrumes, surtout en cette période de pré-Noël, mais l'accélération de la récolte due aux températures élevées de cet automne et les fermetures dues à la pandémie en Europe ont fini par peser sur nos ventes. Les prix proposés par l'industrie de transformation sont également trop bas cette année, tant pour la production de jus concentrés que pour les segments. Dans ce secteur, la Turquie a expédié de grandes quantités à des prix ridicules ».

Pour plus d'informations :
Cecilia Taboada
Copal
Tél. : +34 96 248 05 00
dircomercial@copal.es
Facebook
Linkedin
www.copal.es


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)