Braderie de pommes de terre dans les Yvelines

Samedi, à Limay, a été organisée une grande vente de pommes de terre à prix coûtant, soit 5 euros pour 15 kilos. « Cela revient à 33 centimes du kilo contre un euro en moyenne dans les grandes surfaces », précise Jérémy Demassiet, agriculteur installé à Bois-d'Arcy. « Nous nous remboursons tous nos frais divers mais ne gagnons pas d'argent sur ces ventes. »

Avec 28 tonnes de produits, les agriculteurs n’étaient pas très inquiets quant aux résultats des ventes ; toutes les opérations de ce genre menées jusqu’ici ayant connu un grand succès.

La veille, une vente similaire s’est tenue à Triel-sur-Seine, sur les bords de Seine. Des centaines d’acheteurs se sont présentés en voiture pour charger leur coffre. Quelques restaurateurs sont également venus faire le plein, comme Foued qui tient un fast-food aux Mureaux. Il a rempli sa camionnette de deux tonnes de pommes de terre : « c'est une sacrée bonne affaire et cela m'évite d'aller jusqu'à Rungis pour m'approvisionner. Et puis, ce sont des patates à frites et je ne vends que des frites maison à mes clients. C'est donc parfait pour moi », confie-t-il.

Ces ventes révèlent néanmoins les problèmes rencontrés par les producteurs de pommes de terre pour écouler leurs stocks face à la crise sanitaire. La fermeture des restaurants a entraîné une augmentation des stocks. « Nous n'avons pas d'autre solution que ces déstockages massifs. Baisser notre production est, techniquement, très compliqué. C'est aussi risqué : il faut être prêt pour la réouverture des restaurants », précise Jérémy Demassiet.

Les agriculteurs profitent également de cette situation pour aider les associations caritatives : « En général, il y a beaucoup de demande dans les quartiers populaires, à Trappes, aux Mureaux ou en Seine-Saint-Denis, là où les gens ont peu de moyens, confie un employé. Depuis notre camion, on apprend aussi à connaître les habitudes alimentaires selon les cultures d'origine. Quand nous arrivons dans des zones où il existe une forte communauté portugaise, nous sommes certains de vider le camion ! ».

 


Source : leparisien.fr


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)