Selon le technicien Pietro Cimatti

Les dégâts causés par le gel ont entraîné une diminution du nombre de kiwis en Italie par rapport à 2020

« Après avoir visité toutes les principales zones de culture fruitière en Italie, je peux dire qu'en 2021, il y aura encore moins de kiwis en Italie qu'en 2020 », a déclaré Pietro Cimatti, expert en culture fruitière.

La situation en Émilie-Romagne est légèrement meilleure que l'année dernière, où le gel avait eu un impact très important. Cette année, les dégâts ont été inégaux. « Cependant, dans d'autres zones de culture, comme la Vénétie et le Piémont, les quantités ont plus que diminué de moitié. Dans certaines zones, la température est descendue à -7/-8°C, il reste donc peu de choses à sauver. »

Dégâts causés par le gel à une plantation de kiwis. (Photo de Condifesa Ravenna)

Cimatti a sa propre philosophie sur la prévention des dommages causés par le gel. « La nutrition est la clé. C'est mon domaine depuis 45 ans et j'ai acquis une certaine expérience. Il y a des kiwis qui, après avoir reçu une certaine quantité d'engrais, ont résisté à des températures de -3/-4°C. Dans une exploitation de Cotignola (Ravenne), une zone que je définirais comme le nœud de froid de la Romagne, les dégâts sur les bourgeons n'ont pas dépassé 10 %, assurant ainsi une pleine production. Cela est dû à un système anti-gel parfaitement conçu et à un plan de fertilisation précisément conçu pour anticiper les gelées tardives. La quasi-totalité de la récolte est ainsi garantie. Sans compter que la température est descendue à plus de 6°C en dessous de zéro. Dans une année comme celle-ci, cela signifie que le SPG sera très élevé ».

Pietro Cimatti

M. Cimatti a fait remarquer qu'il y a eu un minimum solaire cette année, ce qui ne s'est pas produit depuis 1630. « D'un point de vue météorologique, cela signifie que nous allons être confrontés à une plus grande instabilité, avec des événements extrêmes au cours des 10-15 prochaines années et, probablement, une phase ultérieure plus froide. Puisqu'en 1630, après le minimum solaire, nous avons connu un petit âge glaciaire. »

Pietro Cimatti affirme que le climat est composé d'au moins 73 facteurs, dont le dioxyde de carbone fait partie. « Mais aujourd'hui, peu de gens prennent en compte les 72 autres paramètres. Nous sommes influencés par un seul facteur, mais le climat ne peut pas être catalogué. »

Pour plus d'informations : 
Pietro Cimatti
cimatti.pietro@gmail.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)