Chez Schoonbee Landgoed, une exploitation familiale qui fête ses cinquante ans de production de raisins et d'agrumes de haute qualité dans la vallée de Loskop, la récolte des Navels est terminée, laissant place aux Valencias et aux mandarines Leanri.

Le scénario de l'année dernière concernant les oranges ne se reproduira pas en raison de rendements plus élevés dans l'hémisphère nord et d'un stock plus important provenant d'autres origines comme l'Espagne, le Maroc et l'Égypte. « L'année dernière, nous nous sommes placés dans une position très attractive. Cette année, c'est tout le contraire », déclare Gert Upton, responsable du marketing.

Récolte de Navels dans la vallée de Loskop, où l'industrie des agrumes fournit un emploi important (photos fournies par Schoonbee Landgoed)

Leurs Valencias couvrent la quasi-totalité du globe, du Canada vers l'est jusqu'au Japon. Si l'Europe dispose encore d'un approvisionnement en Valencias, ils approvisionneront l'Extrême-Orient où la fin de la Valencia de l'hémisphère nord approche.

La demande de citrons est très lente. L'hémisphère nord a eu une grosse récolte et des  régions comme le Moyen-Orient avaient encore des fruits lorsque plus de 900 000 cartons de citrons d'Afrique du Sud sont arrivés en semaine 16. Cela a provoqué l'effondrement du marché du Moyen-Orient (comme l'année dernière, une semaine plus tôt), tandis que l'UE se porte un peu mieux, bien qu'elle ait encore des fruits espagnols.

Le citron est l'agrume qui a le plus besoin de nouveaux marchés, mais le protocole de froid actuel vers la Chine nuit aux citrons et les États-Unis n'ont toujours pas ouvert pour le reste de l'Afrique du Sud en dehors du Cap-Occidental. « Non pas que ce serait la solution miracle, mais au moins cela donnerait plus de marge de manœuvre aux exportateurs de citron. » 

La demande de mandarines semble stable
Jusqu'à présent, cette saison, Schoonbee Landgoed a emballé 60 000 cartons de clémentines (principalement vers des marchés plus proches comme l'UE et le Royaume-Uni, quelques-uns vers le Moyen-Orient et Hong Kong) et 50 000 cartons de novas vers le Moyen-Orient, l'Asie du Sud-Est et surtout la Chine.

La station de conditionnement d'agrumes Kameelkop de Schoonbee Landgoed.

Gert, qui exporte du raisin pendant l'été, appelle la Nova le Globe Rouge des agrumes, car elle conserve sa qualité et son apparence pendant les longs voyages jusqu'aux marchés chinois de niveau 3. Les premières Nova devraient bientôt arriver. 

« La demande de mandarines semble assez stable, mais n'oubliez pas qu'il y a près de 7 millions de cartons supplémentaires de mandarines qui arrivent cette année, à partir de maintenant jusqu'à la semaine 37 environ. » 

La logistique est un frein à la compétitivité
Transporter tout cela sur les navires s'avère être le casse-tête habituel pour une multitude de raisons, parmi lesquelles la note de productivité des ports sud-africains, qui a récemment fait l'objet de beaucoup de publicité. Les clients sont furieux lorsque les fruits sont en retard, remarque-t-il, car les navires passent la majeure partie du mois à se déplacer entre les ports sud-africains.

En outre, cela rend l'Afrique du Sud moins agile et moins compétitive, laissant la place à des concurrents comme le Pérou et le Chili, et ces inefficacités ont des coûts monétaires importants pour les producteurs. Les coûts logistiques s'accumulent cette saison : un conteneur à destination de la Scandinavie, par exemple, coûte 800 dollars de plus que l'année dernière. « Et n'oubliez pas, ajoute-t-il, que 75 % de vos coûts partent de la station de conditionnement jusqu'à l'arrivée sur le marché étranger. Cela nous place dans une position très délicate où nous ne pouvons pas absorber une nouvelle baisse des prix. » 

Avant même de prendre en compte les coûts supplémentaires, les revenus à la ferme sont nettement inférieurs car le Rand reste fort, s'échangeant aujourd'hui à R13,60 pour un dollar américain.

Le roulement répété des cargaisons l'amène à se demander si l'Afrique du Sud sera en mesure de tirer le meilleur parti de la présence réduite de l'Australie sur le marché des agrumes et des oranges en Chine cette saison.

D'un autre côté, il dit avoir de l'empathie pour les autorités portuaires qui doivent défaire les mauvaises décisions prises pendant les années Zuma, et ce avec un budget restreint. Transnet partage le sentiment d'urgence de l'industrie fruitière, mais à elle seule, elle ne dispose pas des outils nécessaires pour résoudre le problème, estime-t-il. « Au cours des dix dernières années, nous avons réussi à nous en sortir, en rafistolant le système, mais cette époque est révolue. » 

Callie Minnie, responsable de la production d'agrumes, en train d'inspecter la récolte.

« Nous devrons commencer à nous faire confiance » 
Gert croit fermement qu'une coopération plus étroite entre l'État et le secteur privé sera une condition sine qua non. « Vous pouvez voir que Transnet fait vraiment de son mieux, mais cela va nécessiter un effort d'équipe. » 

« Toutes les parties prenantes de la chaîne d'acheminement des fruits hors du pays doivent suivre le même rythme, synchronisé. Nous devrons commencer à nous faire mutuellement confiance, ce qui n'est pas toujours naturel dans une société où la confiance est faible comme en Afrique du Sud. Il y a une méfiance envers le gouvernement, qui à son tour se méfie du secteur privé. Si nous n'apprenons pas à nous faire confiance, le problème s'aggravera. Nous devons nous soutenir mutuellement et collaborer au sein du secteur fruitier au sens large. » 

Comme le souligne Justin Chadwick, le PDG de la Citrus Growers' Association (qui vient de rendre visite aux producteurs d'agrumes de la vallée de Loskop), dans son dernier bulletin d'information : « Les prévisions se situent toujours autour de 160 millions de cartons - comme la saison des agrumes dure environ 160 jours, cela signifie qu'un million de cartons doivent passer par la chaîne logistique chaque jour ! » 

Emballage de Navels pour le marché local

Pour plus d'informations : 
Gert Upton
Schoonbee Landgoed
Tél. : +27 13 262 4000
marketing@schoonbee.co.za
www.schoonbee.co.za