Publication d'une étude par la fondation Rosa Luxemburg :

Le secteur des agrumes devient un test pour la législation sur la chaîne d'approvisionnement

Manque d'accès à l'eau potable, empoisonnement grave aux pesticides, harcèlement des représentants syndicaux - ce ne sont là que quelques exemples de violations massives des droits du travail dans les exploitations d'agrumes d'Afrique du Sud. L'étude de la Fondation Rosa Luxemburg et de l'organisation sud-africaine Khanyisa démontre la nécessité d'une loi efficace sur la chaîne d'approvisionnement. Les producteurs étudiés fournissent également les supermarchés allemands d'Edeka, Rewe, Lidl et Netto.

« Les chaînes d'approvisionnement sont relativement courtes et très faciles à tracer pour les détaillants allemands », explique Benjamin Luig, auteur de l'étude. En raison de leur pouvoir commercial, les groupes de supermarchés allemands auraient la possibilité d'exercer une forte influence, mais ne l'utiliseraient qu'en leur faveur. « Lidl, Rewe et Cie mettent les fournisseurs sous pression par des pratiques commerciales douteuses, comme les contrats d'approvisionnement à court terme et la renégociation des prix. Il serait préférable qu'ils utilisent leur influence pour faire pression en faveur de l'application des droits des travailleurs dans les exploitations agricoles », a déclaré Luig. Bien que les entreprises allemandes exigent des producteurs sud-africains qu'ils soient certifiés par la norme sociale SIZA (Sustainability Initiative of South Africa), cela ne suffit pas à faire respecter le droit du travail applicable, a-t-il ajouté.

« La liste des violations des droits du travail dans les exploitations est longue », déclare Simphiwe Dada, directeur de l'organisation non gouvernementale sud-africaine Khanyisa. « Dans une exploitation, les travailleurs ne reçoivent pas leur propre exemplaire du contrat de travail. Dans une autre ferme, un portail électrique empêche les travailleurs de quitter la ferme à tout moment. Dans une autre exploitation, un représentant syndical a récemment été licencié pour des motifs douteux. » Le manque d'accès à l'eau potable, qui a été massivement exacerbé par la crise de l'eau qui sévit actuellement dans la province du Cap-Oriental, est particulièrement préoccupant.

« La situation désastreuse dans les exploitations d'agrumes en Afrique du Sud illustre les conditions de nombreuses chaînes d'approvisionnement dont les produits arrivent dans les supermarchés allemands », déclare Jan Urhahn, expert agricole à la fondation Rosa Luxemburg. « Si toute une série de pesticides très dangereux sont manifestement utilisés dans une exploitation d'agrumes et qu'il y a des cas aigus d'empoisonnement parmi les travailleurs et leurs familles, cela affecte le devoir de diligence des groupes de supermarchés allemands ». Il attire l'attention sur la loi relative à la chaîne d'approvisionnement, qui est actuellement en cours de négociation au Bundestag et qui a de grandes chances d'être adoptée cette semaine. « Nous considérons le secteur sud-africain des agrumes comme un test décisif pour la loi allemande sur la chaîne d'approvisionnement. Elle montrera si Lidl, Rewe et d'autres entreprises seront tenues d'assumer la responsabilité de leurs chaînes d'approvisionnement et de faire respecter les droits fondamentaux du travail. Dans le cas contraire, la loi sur la chaîne d'approvisionnement sera un monstre sans tête ».

Entre juin et octobre, les oranges, citrons et mandarines d'Afrique du Sud remplissent les rayons des supermarchés en Allemagne. Avec un volume d'exportation de 80 400 tonnes en 2020, l'Afrique du Sud est le deuxième plus important fournisseur d'agrumes sur le marché allemand après l'Espagne. L'étude « Bitter Oranges » a examiné les conditions de vie et de travail chez les producteurs de la province du Cap oriental en Afrique du Sud qui fournissent des groupes de distribution tels que Edeka, Rewe et Lidl.

« Bitter Oranges : L'exportation d'agrumes d'Afrique du Sud vers l'Allemagne » (texte en allemand) : L'étude fait partie d'une série de publications de la Fondation Rosa Luxemburg, qui a déjà examiné les chaînes d'approvisionnement du thé et du vin.

Pour plus d'informations :
Jan Urhahn
Rosa-Luxemburg-Stiftung
jan.urhahn@rosalux.org
Cell. (WhatsApp) : +27 79 63 89 97 6
ou +49 176 70 61 03 81

Alrun Kaune-Nüßlein
Rosa-Luxemburg-Stiftung
alrun.kaune-nuesslein@rosalux.org
Tél. : 030 44 31 04 48
Cell. : 0151 28 26 04 84


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)