L'Égypte se consolide comme le premier exportateur mondial d'orange Valencia

L'Égypte est devenue le premier exportateur mondial d'oranges, détrônant l'Espagne. Bien que 95 % de la surface de l'Égypte soit désertique, le pays compte près de 168 000 hectares d'orangers répartis dans sa géographie aride comme s'il s'agissait d'un mirage ; et pas seulement dans les zones du delta du Nil, puisque 60 % d'entre eux sont situés dans des zones désertiques.

L'orange est l'agrume le plus cultivé dans le pays, représentant 80 % de la production totale d'agrumes, et la variété Valencia est, de loin, la plus plantée.

« Ces dernières années, les producteurs espagnols n'ont pas montré beaucoup d'intérêt pour la variété Valencia. Ils ont préféré planter des agrumes faciles à peler, tandis que les producteurs égyptiens ont choisi de planter davantage d'oranges, principalement de la variété Valencia », a déclaré Mahmud Shishini, le directeur commercial de Mafa, l'une des sociétés agricoles les plus prospères d'Égypte.

Son entreprise a reçu le soutien d'experts agricoles israéliens après l'accord de paix de 1979 entre les deux pays et c'est elle qui, il y a trois décennies, a introduit la graine de l'orange Valencia que le pays cultive actuellement.

« C'est un type d'orange qui se distingue par sa bonne qualité et qui est beaucoup moins chère que les autres variétés », explique Abdelkader Hasan, propriétaire d'une importante société d'exportation agricole. Une combinaison de facteurs explique le succès de ce type d'agrume dans ce qui était autrefois une terre stérile. « Pour commencer, c'est une graine que tout le monde connaît et sait planter. De plus, c'est une variété simple et très durable. Le troisième facteur est que le climat est idéal ici. Enfin, l'Espagne peut disposer d'un espace limité pour cultiver ce fruit, mais si nous avons de l'eau, nous pouvons le planter sur des centaines, voire des milliers d'hectares. C'est un modèle d'investissement qui est facile à reproduire », explique Shishini.

En 2019, dernière année pour laquelle il existe des registres, l'Égypte a expédié environ 1,8 million de tonnes d'oranges à l'étranger, soit un peu plus que l'Espagne, selon les données du Centre du Commerce International, une agence conjointe de l'Organisation Mondiale du Commerce et des Nations Cnies. Ces deux pays sont toutefois très éloignés du troisième plus grand producteur, l'Afrique du Sud.

Les principaux marchés pour les oranges égyptiennes sont la Russie, l'Arabie Saoudite, la Chine, les Pays-Bas - considérés comme la porte de l'Europe - ainsi que les Émirats Arabes Unis. L'année dernière, cependant, le pays arabe a conquis de nouveaux marchés pour ses oranges, qui ont atteint des destinations aussi diverses que le Brésil, la Nouvelle-Zélande ou le Japon.

Le Brésil a ouvert son marché aux agrumes d'Égypte grâce à l'accord de libre-échange Mercosur-Égypte, qui comprend le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay. Selon les estimations de la Chambre de Commerce arabe brésilienne, l'orange égyptienne pourrait dominer le marché brésilien d'ici deux ans.

 

Source : elindependiente.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)