Andreas Finck de Basse-Saxe au sujet de la saison des myrtilles :

« La demande est bonne, mais les prix chutent »

Andreas Finck regarde la météo actuelle avec satisfaction : « Par chance, le temps a été plutôt clément avec nous jusqu'à présent en Basse-Saxe ». En revanche, il est moins satisfait de ses myrtilles. « La saison des myrtilles a été plutôt médiocre jusqu'à présent. Nous avons dû faire face à des pertes d'environ 30 % en raison du gel. Les variétés plus tardives, comme celles de la Nouvelle-Zélande, ont subi un gel radical. Les dégâts causés par la grêle sur les plantations depuis le début du mois de mai n'ont pas beaucoup aidé non plus. L'année dernière, nous avions aussi des pertes dues à la chaleur, mais celles-ci tournaient autour de 10 %. »

Variétés précoces médiocres et variétés moyennes à tardives bonnes
« La qualité des premières variétés était misérable », doit admettre M. Finck. « Le temps étouffant leur a fait beaucoup de mal, d'autant plus qu'il y avait une menace d'attaque fongique. Avec les variétés moyennes et tardives, en revanche, les choses se présentent plutôt bien. »

M. Finck constate également une évolution des prix : « La demande est bonne, mais les prix s'effondrent en raison de l'offre importante de produits provenant de pays comme la Roumanie et le Pérou. Jusqu'à il y a quelques jours, le prix était encore stable. Mais maintenant, nous sommes presque à 3 euros de moins par kilo. »

Focus sur le marché allemand
« Nous pouvons commercialiser environ 2 à 3 tonnes de myrtilles par jour avec les rendements de nos 20 hectares de culture. Nos plus gros clients à ce jour sont la société Nordgemüse Krogmann et les marchés de gros environnants. Outre la Basse-Saxe, nous approvisionnons également les marchés de Hambourg et du Schleswig-Holstein », précise M. Finck. Parallèlement, il appelle toutefois à accorder plus d'attention aux produits allemands avant de s'approvisionner en produits moins chers à l'étranger. « J'ai parlé à un collègue qui craint même que la culture des myrtilles en Allemagne ne soit plus rentable dans quelques années compte tenu de la concurrence de l'Est ». Cela étant, la demande de produits plus locaux et biologiques augmente en même temps.

La vente directe est de plus en plus populaire
La possibilité de commercialiser des produits de manière directe est également reconnue par M. Finck comme une tendance croissante. « Au début du Coronavirus, j'ai créé un magasin agricole avec ma femme. À cette fin, nous avons construit une grande salle sur un terrain voisin. Nous avons remarqué que les consommateurs sont prêts à payer plus cher s'ils savent où acheter directement leurs produits frais. »

Pour plus d'informations :
Heidelbeeranbau Andreas Finck und Fincks Hofladen 
29581 Gerdau
Tél. : 0178-6789321 / 0163-8361251
heidelbeeranbau-finck@web.de


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)