Les ravageurs réduiront de près de 25 % la prochaine récolte de kakis en Espagne

La récolte du kaki espagnol commencera en septembre dans la Communauté de Valence, première zone de production de ce fruit en Espagne. Selon les premières estimations de l'Association Espagnole du Kaki, au moins 20 à 25 % de la récolte sera perdue en raison de problèmes de parasites, notamment à cause de la cochenille (Pseudococus viburni).

« L'avancée incessante de ces ravageurs dans les champs de la communauté valencienne est le principal problème auquel sont confrontés les agriculteurs », a déclaré Pascual Prats, président de l'Association Espagnole du Kaki. « Pratiquement tous les producteurs de kakis - des coopératives aux entreprises privées - sont touchés par ce parasite à un degré ou à un autre. Il a même touché plus de 70 % de certaines plantations. Il est presque utopique de trouver des champs totalement exempts de parasites. L'année dernière, une bonne partie de la production a été perdue à cause de ce ravageur et d'autres, mais cette année, les pertes seront plus importantes. »

Selon le représentant de cette association, le problème croissant des ravageurs augmente considérablement les coûts de production, ce qui met en péril la rentabilité de ce produit, qui est de plus en plus faible en raison des niveaux de prix payés aux producteurs lors des dernières campagnes.

« Il y a quelques années, nous effectuions 4 à 5 traitements pour contrôler les problèmes fongiques dans les champs. Aujourd'hui, nous sommes obligés d'effectuer 8 à 9 traitements, ce qui augmente incontestablement les coûts de production. De plus, les outils dont nous disposons pour lutter contre ces ravageurs s'avèrent inefficaces et les institutions publiques ne nous permettent pas d'utiliser les pesticides qui nous aideraient à éradiquer ce parasite. » 

« Les effets causées par les ravageurs, les problèmes de ramification ainsi que les brûlures liés au soleil, entre autres facteurs, pourraient amener le secteur à avoir des pertes d'environ 30 % cette année. Heureusement, nous n'avons pas eu de conditions météorologiques défavorables comme ce fut le cas la saison dernière où nous avons été touchés par le gel, les pluies torrentielles et la grêle », a déclaré Pascual Prats.

« La grande distribution est de plus en plus exigeante en termes de qualité et demande des prix plus compétitifs, alors que la production de kaki est de plus en plus chère », a déclaré le président de l'Association. « L'année dernière, les prix étaient acceptables pour les entreprises en raison de la baisse importante de la production, mais ils n'ont pas permis de compenser les coûts de production. » 

La tendance à déraciner ou à abandonner des champs de kaki dans la Communauté valencienne s'accélère donc. « Nous plantons très peu depuis 5 ou 6 ans. Auparavant, il y avait de longues files de producteurs qui achetaient des plants dans les pépinières. Maintenant, cette tendance change et, après avoir perdu de l'argent pendant plusieurs saisons consécutives, de nombreux producteurs qui ont changé leurs agrumes pour des kakis replantent des agrumes », a déclaré Pascual Prats.

Pour plus d'informations :
Pascual Prats
Asociación Española del Kaki 
Tél. : +34 610290137
pascual.prats@hotmail.com 
aekaki.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)