La réponse pourrait affecter le climat de la Terre

Les Chinois peuvent-ils adopter la pomme de terre ?

Le passage à la pomme de terre dans un pays où le riz occupe une place prépondérante pourrait réduire les émissions de gaz à effet de serre. L'ambitieux projet de la Chine de faire de la pomme de terre une culture de base pourrait réduire les émissions de gaz à effet de serre, à condition que les consommateurs chinois sacrifient une partie de leur consommation de riz.

La culture du riz nécessite une utilisation intensive d'eau et d'engrais, et dégrade progressivement le sol. À la recherche d'un moyen durable et nutritif de nourrir la population chinoise en plein essor, le gouvernement a mis en œuvre en 2015 une politique visant à doubler les rendements de pommes de terre et à ajouter ces dernières au régime alimentaire des Chinois.

Jun Bi, de l'université de Nanjing en Chine, et ses collègues ont examiné les implications environnementales de cette politique et ont constaté que les pommes de terre cultivées en Chine ont des émissions de gaz à effet de serre et une demande en eau par calorie inférieures à celles d'autres cultures, comme le maïs. En extrapolant à partir de données historiques, les chercheurs estiment que, de 2015 à 2030, les émissions de gaz à effet de serre de l'agriculture chinoise des cultures de base pourraient diminuer de près de 9 % si le gouvernement atteint ses objectifs en matière de pommes de terre et plante cette culture dans les endroits les plus appropriés.

Mais si les champs de pommes de terre remplacent les rizières et que la population n'adopte pas un régime alimentaire plus riche en pommes de terre, les importations de riz pourraient augmenter. Cela signifierait des coûts environnementaux plus élevés en raison des émissions liées au transport, préviennent les auteurs.


Source : Nature


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)