« Risque élevé de mauvais stockage du produit. »

Aux Pays-Bas, 15 à 20 % de poires bio en moins attendues

Aux Pays-Bas, la saison des poires biologiques a commencé chez Elshof Organic Fruit. Robert Elshof s'attend à une réduction moyenne de 15 à 20 % de la récolte de celles-ci. Il n'exclut certainement pas non plus des problèmes de stockage. « La saison pourrait être très courte », commence-t-il. « Il y aura probablement des lots qui devront partir très rapidement. » 

Selon Robert, le printemps n'était déjà pas de bon augure. « Il a été dramatique avec des conditions qui étaient terribles pour les fleurs. Même à ce moment-là, nous ne pouvions pas nous empêcher de conclure que cela entraînerait une réduction de la récolte. » 

Des nuits sans sommeil
Il parle d'une saison difficile. « Après un été actif, nous avons une récolte beaucoup plus réduite. La préparation de celle-ci a certainement provoqué des nuits blanches. La saison a été très difficile. Il a été extrêmement difficile de maintenir les poires exemptes de maladies. C'est particulièrement vrai pour les producteurs biologiques », poursuit Robert.

« La semaine dernière, j'ai visité quelques exploitations. Tous les producteurs ont dit que c'était une année très stressante. La tavelure était un problème important. Et beaucoup d'eau stimule encore plus la croissance des plantes. Cela a rendu la situation très difficile. »  Robert pense que toutes les fermes auront 15 à 20 % de récolte en moins. « Certaines fermes ont été ajoutées cette année. Elles contribuent un peu au rendement global. » 

« Les plus vigilants sur le stockage » 
Robert s'attend à d'excellents prix dans tous les domaines. « Les agriculteurs sont confrontés aux mêmes problèmes partout en Europe. Je m'attends à des prix élevés. Mais le risque que ces produits ne se stockent pas bien est également très élevé. La saison pourrait devenir très courte. Les perspectives du marché sont très favorables. Cependant, la façon dont les poires se conservent est essentielle à cet égard. Nous devons être extrêmement vigilants. Après tout, avec les produits biologiques, nous ne pouvons rien faire contre la pourriture des fruits. Le commerce se présente bien. Nous sommes occupés à conclure des accords avec les clients. Nous voulons d'abord approvisionner suffisamment nos clients fidèles », explique-t-il.

Les variétés résistantes sont également touchées
Dans de telles situations, les conversations se tournent rapidement vers les développements en matière de sélection. « Les poires Conférence restent, de loin, la variété la plus importante. Elles détiennent une part de 95 %. Les autres sont vraiment des variétés secondaires. Il y a incontestablement des évolutions en matière de sélection. Des variétés prometteuses, en termes de résistance, ont également échoué cet été. Cela montre, une fois de plus, combien il est difficile de rendre la culture encore plus durable. » 

« Il n'y a pas de variété unique qui résiste à 100 % aux parasites et aux champignons. Le climat néerlandais est également si changeant. Après deux étés très secs, un été extrêmement humide a suivi. Les producteurs sont à la merci des caprices de la météo. Parfois, c'est amusant et stimulant ; maintenant, c'est très frustrant. Cet été a été stressant pour tous les producteurs de fruits », répète M. Elshof.

Robert souligne ici le rôle des détaillants et des consommateurs. « Tout ceci est également lié aux forces du marché. Les consommateurs optent actuellement pour les variétés traditionnelles. Nous savons combien il est difficile de bien positionner une nouvelle variété ou une nouvelle marque. Nous avons introduit la marque de pommes biologiques BelleBio sur le marché en 2015. Heureusement, nous avons réussi. Mais il faut vraiment s'engager sur le long terme. Il est également vrai que les nouvelles variétés manquent d'expérience. Espérons que nous pourrons trouver des solutions sur le plan technique. Il y a aussi des essais en cours avec d'autres cultures. » 

Plus que du bio
Il affirme que les producteurs biologiques s'efforcent d'offrir « l'alternative la plus durable. » « Les parties du secteur sous-estiment les efforts que nous déployons. Nous voulons aller encore plus loin dans les exigences déjà imposées. Nous faisons tout ce que nous pouvons, en tant que groupe, pour obtenir un meilleur rendement. »  

À l'heure actuelle, le sol bénéficie d'une grande attention. C'est un aspect que Robert ne peut pas non plus ignorer. « Tout fruiticulteur sait que le sol est vital. Je fais partie d'un groupe de projet Soil Life. C'est une initiative que j'entreprends pour pouvoir exercer ce métier très compliqué. Tous les participants ont effectué des relevés de base au début de l'année », explique Robert.

« L'objectif est que les résultats de chacun se soient améliorés à l'automne. Cela montre que nous voulons aller encore plus loin que la simple durabilité. Il s'agit de laisser le sol encore meilleur dans dix ou cent ans. De cette façon, vous améliorez sa résilience, et le rendement augmente. Cela semble idéaliste, mais c'est extrêmement important. » 

Y a-t-il des nouveaux venus qui s'arrêtent ?
Robert admet qu'il y a encore beaucoup de travail à faire. « Nous découvrons constamment à quel point nous en savons encore peu. Il y a toujours une énorme demande de produits biologiques. Et on accorde de plus en plus d'attention au sol et à une alimentation saine. Il suffit de regarder les objectifs de l'UE. Avec une année comme celle-ci, nous faisons à nouveau deux pas en arrière. Je peux imaginer que les producteurs qui se sont lancés dans le bio cette année veulent à nouveau s'arrêter tout de suite. » 

Robert, lui-même, a accueilli quelques nouveaux arrivants dont il espère qu'ils continueront à cultiver. « Par moments, cette année, j'ai plutôt joué le rôle de psychologue. Certains nouveaux cultivateurs travaillaient jour et nuit. C'est tout simplement terriblement difficile de bien faire dans ces conditions. À cet égard, l'aspect social est crucial. Les gens doivent se parler et affronter les problèmes ensemble. Heureusement, les clients comprennent aussi que les choses ne se passent pas toujours bien », conclut-il.

Pour plus d'informations :
Robert Elshof
Elshof Organic Fruit
8251 RX, Dronten, Pays-Bas
Tél. : +31 (0) 321 312 719
info@elshoffruit.nl 
www.elshoforganicfruit.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)