La lourde empreinte carbone de l'Afrique du Sud pourrait devenir une entrave

Le chaos (ou « l'insurrection », comme beaucoup l'appellent) que la rumeur annonçait hier ne s'est heureusement pas produit, mais la police sud-africaine n'a pas pris de risques, renforçant la sécurité dans les postes de police qui craignaient une « attaque imminente » et les soldats des forces de défense patrouillant dans les centres commerciaux de banlieue.

Les Sud-Africains attendent toujours l'arrestation des meneurs présumés.

Sur le front de la production d'électricité, au moins, il y a eu un développement récent longtemps attendu.

Pylônes électriques à l'extérieur de Ceres (Photo Grobler du Preez | Dreamstime.com)

Le Ministère des Ressources Minérales et de l'Énergie a finalement donné un avis pour modifier l'annexe 2 de la loi sur la réglementation de l'électricité afin d'augmenter le seuil d'autorisation pour les projets de production intégrée indépendante à partir de sources d'énergie alternatives de 1MW à 100MW, ce qui est un motif de réjouissance pour le secteur agricole.

L'obstination de l'Afrique du Sud à s'accrocher au charbon - deux nouvelles centrales à charbon sont en cours de construction - pourrait lui coûter cher, comme l'a reconnu le PDG du fournisseur public d'électricité Eskom dans un discours prononcé la semaine dernière dans une université locale.

« Notre économie, par habitant, est 25 % plus intensive en carbone que la Chine, et deux fois plus que la moyenne mondiale. L'Afrique du Sud émet environ la moitié du carbone total émis par le continent africain, et Eskom émet environ 44 % du total des émissions de carbone sud-africaines. Nous ne pouvons donc pas ignorer notre empreinte carbone », a déclaré André de Ruyter à l'auditoire.

Une centrale électrique au charbon à Grootvlei, Mpumalanga (Photo Kobus Peché | Dreamstime.com)

Le vol de câbles pousse l'Afrique du Sud à se tourner vers le diesel
Alors que des marchés comme l'Union Européenne continuent d'exiger une réglementation toujours plus stricte de l'empreinte carbone de l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement, l'Afrique du Sud est contrainte de recourir davantage à des carburants polluants comme le diesel, quatre fois plus cher que l'essence.

Un exemple concret est celui de Transnet : au cours de la période de janvier à juillet 2021, Transnet Freight Rail a perdu 57 438,4 km de câbles de signalisation et 651 308,4 km de câbles d'équipement de voie aérienne en raison du vol de câbles et du vandalisme de l'infrastructure ferroviaire.

Les trains électriques sont ainsi remplacés par des locomotives diesel ; le vol de câbles « crée des ravages », a déclaré Portia Derby, PDG de Transnet, lors d'un indaba sur le secteur agricole du Cap-Oriental la semaine dernière.

Dans son discours, De Ruyter a mis en garde : « Le passage à l'énergie verte [...] créera un avantage concurrentiel pour les exportations sud-africaines. Persister avec le charbon conduira à une autre ère d'isolement et de mesures commerciales punitives. » 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)