Appelle Bruxelles à imposer un traitement par le froid

L'EFSA remet en question le système de lutte contre les parasites en Afrique du Sud

Le Thaumatotibia leucotreta ou Faux carpocapse est un ravageur très répandu en Afrique. Il est également présent en Israël. Il est endémique à l'Afrique du Sud et, jusqu'à présent, ne s'est pas propagé en Europe. Il est classé par la réglementation communautaire comme organisme de quarantaine et fait partie des 20 maladies à combattre en priorité en raison de l'impact économique et environnemental élevé qu'il aurait sur la collectivité.

Compte tenu des interceptions répétées de lots infestés dans les ports européens, la Commission européenne a demandé l'été dernier à l'EFSA d'évaluer les approches systémiques suivies par Israël et l'Afrique du Sud pour atténuer le risque d'entrée de cette maladie dans l'UE. Le résultat du premier rapport, relatif à Israël, a été publié en mars et celui concernant l'Afrique du Sud vient de paraître. Les résultats de l'analyse concernant l'Afrique du Sud sont alarmants. L'Afrique du Sud ne garantit, avec 95 % de certitude, que 92 %, 85 % et 97 % des palettes exportées (selon le programme spécifiquement autorisé suivi par les vergers sud-africains - A, B ou C-) seront exemptes du parasite.

Selon le Comité de gestion des agrumes (CGC), ces chiffres sont en inquiétants et inacceptables car la norme exige de garantir l'absence totale de cette maladie. D'autant que l'Afrique du Sud est le premier fournisseur d'agrumes hors UE - avec plus de 800 000 tonnes exportées vers l'UE -. « En réalité, cela signifie que des dizaines de milliers de tonnes d'agrumes infestés en provenance d'Afrique du Sud entrent dans l'UE, autrement dit qu'il existe une forte probabilité que le parasite entre et s'installe dans l'UE », a souligné la présidente du CGC, Inmaculada Sanfeliu.

Après l'échec retentissant des approches choisies par les pays du Sud, il est évident que la seule alternative qui reste à Bruxelles pour se conformer à sa propre législation et garantir l'absence du parasite dans les fruits importés est d'étendre le traitement par le froid. Il s'agit de la seule méthode dont l'efficacité contre ce parasite a été prouvée, à tous les envois non communautaires.


Pays où le Thaumatotibia leucotreta est présent.

L'application de cette mesure serait cohérente avec ce que presque tous les pays importateurs qui sont des puissances agrumicoles - comme les États-Unis, la Chine, l'Inde, la Corée, le Japon ou l'Australie - ont fait depuis des décennies pour se protéger de ce parasite. Tous ces pays exigent que les cargaisons soient soumises à un traitement par le froid durant le transit afin d'empêcher l'entrée de cet agent pathogène et d'autres mouches sur les fruits.

Les exportations espagnoles d'agrumes sont également tenues d'effectuer ce traitement lorsqu'elles sont envoyées vers n'importe quel pays producteur d'agrumes dans le monde afin d'offrir une garantie totale qu'il n'y a pas de contamination possible par Ceratitis capitata.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)